Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Vendredi 11 avril

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu. (Proposition du livret "S'il te plaît donne-moi un quart d'heure" )

0411 stp2014 0411 stp2014  

Il blasphème !

 

EVANGILE DE JESUS-CHRIST SELON SAINT JEAN 10, 31-42

 

Les Juifs allèrent de nouveau chercher des pierres pour lapider Jésus. Celui-ci prit la parole : “J’ai multiplié sous vos yeux les oeuvres bonnes de la part du Père. Pour laquelle voulez-vous me lapider ?” Les Juifs lui répondirent : “Ce n’est pas pour une oeuvre bonne que nous voulons te lapider, c’est parce que tu blasphèmes : tu n’es qu’un homme, et tu prétends être Dieu.” Jésus leur répliqua : “Il est écrit dans votre Loi : “J’ai dit : vous êtes des dieux.” Donc, ceux à qui la Parole de Dieu s’adressait, la Loi les appelle des dieux ; et l’Écriture ne peut pas être abolie. Or, celui que le Père a consacré et envoyé dans le monde, vous lui dites : “Tu blasphèmes”, parce que j’ai dit : Je suis le Fils de Dieu. Si je n’accomplis pas les oeuvres de mon Père, continuez à ne pas me croire. Mais si je les accomplis, quand bien même vous refuseriez de me croire, croyez les oeuvres. Ainsi, vous reconnaîtrez, et de plus en plus, que le Père est en moi, et moi dans le Père.” Les Juifs cherchaient de nouveau à l’arrêter, mais il leur échappa. Il repartit pour la Transjordanie, à l’endroit où Jean avait commencé à baptiser. Et il y demeura. Beaucoup vinrent à lui en déclarant : “Jean n’a pas accompli de signe ; mais tout ce qu’il a dit au sujet de celui-ci était vrai.” Et à cet endroit beaucoup crurent en lui.

 

Jésus, “lumière du monde”, vient de guérir un aveugle de naissance. Et cette guérison a fait surgir, chez ses disciples, toute une polémique autour du lien entre la maladie et le péché. Jésus, en maître, tente de les entraîner vers les grands espaces de la liberté personnelle. Les pharisiens s’emparent et de cette guérison un jour de sabbat, et de ses paroles qu’ils reçoivent à nouveau comme un blasphème.

Leur réaction est immédiate : ramasser des pierres pour lapider Jésus.

Jésus, le non-violent par excellence, avec une patience infinie n’interrompt pas le dialogue avec eux. S’ils ne peuvent accueillir sa parole, comment peuvent-ils contester ses “oeuvres bonnes”, ses gestes qui redonnent vie ?

Le clivage continue de se creuser entre ceux qui croient, adhèrent à ses gestes et ses paroles, et ceux qui ne cherchent qu’une chose : supprimer celui qui les remet en cause.

Devant le Christ en croix, je choisis qui je veux suivre.

Fintxt Fintxt  

Vous pouvez déposer un commentaire, une prière ... ici

Lire les paroles déposées ici

Article publié par Equipe Cathocambrai.com • Publié Vendredi 11 avril 2014 - 00h00 • 527 visites

Actualités de l'Eglise

Déclaration du Conseil permanent « Face à la crise agricole : oser regarder autrement et s’interroger ensemble »
Voici un an, au nom de tous les évêques de France, quinze d’entre eux s’étaient rendus au...

Mgr Antoine Hérouard nommé évêque auxiliaire de Lille
Le pape François a nommé, ce mercredi 22 février, Mgr Antoine Hérouard évêque auxiliaire du...

Où en est la laïcité française ? Pistes de réflexion
Fiche de l’Observatoire Foi et Culture (OFC 2017, n°8) sur la laïcité française....

Fragiles et fraternels dans la vie religieuse
Animés d’une foi authentique, mais pour beaucoup d’entre eux de santé précaire ou fragiles...

Prier pour la France avant l’élection présidentielle
Jusqu’au 22 avril 2017, veille du premier tour de l’élection présidentielle, le Sanctuaire de...

Haut de page