retour  Donner à l'Eglise -  Église Catholique -  Diocèse de Cambrai
account_circle

Journée denier : Tous ensemble, osons parler du Denier!

Le mardi 11 février, nous etions plus de 60 à avoir fait le déplacement des 4 coins du diocèse jusqu'à Raismes pour la journée du denier 2020.

Pour commencer la journée nous avons vécu ensemble la messe célébrée par Mgr Dollmann.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc (Mc 7, 1-13)

En ce temps-là, les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem, se réunissent auprès de Jésus, et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c’est-à-dire non lavées. – Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, par attachement à la tradition des anciens ; et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s’être aspergés d’eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d’autres pratiques : lavage de coupes, de carafes et de plats. Alors les pharisiens et les scribes demandèrent à Jésus : « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ? Ils prennent leurs repas avec des mains impures. »
Jésus leur répondit : « Isaïe a bien prophétisé à votre sujet, hypocrites, ainsi qu’il est écrit : Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi. C’est en vain qu’ils me rendent un culte ; les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des préceptes humains. Vous aussi, vous laissez de côté le commandement de Dieu,
pour vous attacher à la tradition des hommes. » Il leur disait encore : « Vous rejetez bel et bien le commandement de Dieu pour établir votre tradition. En effet, Moïse a dit : Honore ton père et ta mère. Et encore : Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort. Mais vous, vous dites : Supposons qu’un homme déclare à son père ou à sa mère : “Les ressources qui m’auraient permis de t’aider sont korbane, c’est-à-dire don réservé à Dieu”, alors vous ne l’autorisez plus à faire quoi que ce soit pour son père ou sa mère ; vous annulez ainsi la parole de Dieu par la tradition que vous transmettez. Et vous faites beaucoup de choses du même genre. »

Homélie de Mgr Vincent Dollmann

 


Ensuite, chacun à put écouter les témoignages de ceux que le denier fait vivre : le père François Triquet, curé des paroisses du doyenné de Douai, Jonathan Danhiez, chargé de l’immobilier et Sylvie Parent, intendante de la Maison du diocèse. Ces témoignages très appréciés nous ont permis de prendre la mesure de ce que regroupe la notion de laïcs salariés et la variété de leur mission mais aussi d’entendre le témoignage d’un prêtre qui se mouille pour le denier.

Témoignage de l'abbé François Triquet,curé des paroisses du doyenné de Douai

 

Témoignage de Jonathan Danhiez, chargé de l’immobilier

 

Témoignage de Sylvie Parent, intendante de la Maison du diocèse


 

Fort de ces témoignages, ensemble nous avons chercher des solutions pour recruter de nouveaux messagers collecteurs et oser parler du prélèvement automatique.

Ces carrefours nous ont permis de prendre conscience de la force de notre réseau paroissial et ainsi de trouver des moyens pour les mobiliser.  Par exemple, en sollicitant ponctuellement les mamans d’enfants catéchisés, en impliquant les diffuseurs du journal paroissial, etc.

Cette journée est notre unique rencontre tous ensemble de l’année, nous avons donc partager un bon repas chaud pour reprendre des forces pour l’après-midi.

Rejoins par quelques absents, nous avons continuer par le bilan de l’année 2019. La collecte est en baisse (-4.4%) mais nous devons surtout nous mobiliser pour retrouver de nouveaux donateurs (-10%).

Le thème de la campagne 2020 nous invite à l’engagement, quoi de mieux pour parler du denier : un véritable soutien et engagement pour notre Eglise.

Nous sommes donc repartis les coffres chargés de tract et d’affiche pour ensemble en 2020 oser parler du denier et aller à la rencontre de nouveaux donateurs.

 

Article publié par Service com • Publié le Mardi 11 février 2020 • 622 visites

keyboard_arrow_up