retour Espace prière - Église Catholique - Diocèse de Cambrai
account_circle

Lundi 8 avril

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu.
(Proposition du livret S'il te plaît donne-moi un quart d'heure )

Le juste juge

ÉVANGILE DE JÉSUS-CHRIST SELON SAINT JEAN 8, 12-20

STP2019 0408 STP2019 0408  Jésus parla aux Juifs : “Moi, je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie.” Les pharisiens lui dirent alors : “Tu te rends témoignage à toi-même, ce n’est donc pas un vrai témoignage.” Jésus leur répondit : “Oui, moi, je me rends témoignage à moi-même, et pourtant c’est un vrai témoi­gnage, car je sais d’où je suis venu, et où je m’en vais ; mais vous, vous ne savez ni d’où je viens, ni où je m’en vais. Vous, vous jugez de façon purement humaine. Moi, je ne juge personne. Et, s’il m’arrive de juger, mon jugement est vrai parce que je ne suis pas seul : j’ai avec moi le Père, qui m’a envoyé. Or, il est écrit dans votre Loi que, s’il y a deux témoins, c’est un vrai témoignage. Moi, je me rends témoignage à moi-même, et le Père, qui m’a envoyé, témoigne aussi pour moi.” Les pharisiens lui disaient : “Où est-il, ton père ?” Jésus répondit : “Vous ne connaissez ni moi ni mon Père ; si vous me connaissiez, vous connaî­triez aussi mon Père.” Il prononça ces paroles alors qu’il enseignait au temple, du côté du trésor. Et personne ne l’arrêta, parce que son heure n’était pas encore venue.

Ce passage de l’évangile de Jean insiste sur le mystère de la personne de Jésus : « d’où je suis venu », « où je m’en vais », « le Père qui m’a envoyé », « le Père témoigne pour moi », « si vous me connaissiez »
Mais Jésus se présente aussi comme un juge dont le jugement est vrai par opposition au jugement purement humain des pharisiens. L’évangile d’hier mettait en scène le jugement de Jésus qui pardonne, libère et donne la vie, et le jugement des pharisiens qui voulaient condamner et mettre à mort la femme adultère.
« Qui me suit, aura la lumière de la vie. » Au milieu de nos errements, de nos erreurs, de nos fautes, de nos
manquements, Jésus invite à le suivre. Il sait où il va, il ouvre des chemins, il redonne la vie. Jésus va vers le Père qui juge avec lui, qui juge comme lui, en pardonnant, un juge dont nous n’avons rien à craindre.

__

«Jésus le Christ, lumière intérieure, ne laisse pas
mes ténèbres me parler.
Jésus le Christ, lumière intérieure, donne-moi
d’accueillir ton amour.»

 

Article publié par Equipe Cathocambrai.com • Publié le Lundi 08 avril 2019 - 00h03 • 207 visites

keyboard_arrow_up