retour Espace prière - Église Catholique - Diocèse de Cambrai
account_circle

Mercredi 17 avril - Mercredi saint

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu.
(Proposition du livret S'il te plaît donne-moi un quart d'heure )

EN TON NOM

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu 26, 14-25

Semaine 6 4 mercredi saint Semaine 6 4 mercredi saint  Alors, l'un des Douze, nommé Judas Iscariote, alla trouver les chefs des prêtres et leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui proposèrent trente pièces d'argent. Dès lors, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer. Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples vinrent dire à Jésus : « Où veux-tu que nous fassions les préparatifs de ton repas pascal ? » Il leur dit : « Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : 'Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c'est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.'» Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque.  Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze. Pendant le repas, il leur déclara : « Amen, je vous le dis : l'un de vous va me livrer. » Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, l'un après l'autre : « Serait-ce moi, Seigneur ? » Il leur répondit : « Celui qui vient de se servir en même temps que moi, celui-là va me livrer. Le Fils de l'homme s'en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux l'homme par qui le Fils de l'homme est livré ! Il vaudrait mieux que cet homme-là ne soit pas né ! » Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C'est toi qui l'as dit ! »

« Il vaudrait mieux que cet homme-là ne soit pas né. » Terrible parole de Jésus, qui semble exclure toute possibilité de salut. A ce moment précis, Jésus ne peut plus rien faire pour Judas qui s’enfonce inexorablement dans les ténèbres.
Qu’en sera-t-il après la résurrection ? Le salut obtenu par la croix sera-t-il impuissant à sauver Judas et tous les renégats de la Terre ?
Il ne nous appartient pas de répondre à cette question. À la miséricorde de Dieu, rien n’est impossible !
« Il vaudrait mieux que cet homme-là ne soit pas né. »
En lisant cette parole, je pense peut-être à une ou plusieurs personnes en particulier, ou à moi-même.
« Il y aurait tellement moins de problèmes sans untel qui me pourrit la vie, sans untel au travail, sans les immigrés trop nombreux, sans… »

__
Seigneur, donne-moi :
de regarder tout homme comme un frère aimé de toi
et jamais comme un adversaire,
de ne jamais juger,
d’abandonner toute idée de revanche ou de vengeance,
d’exercer la miséricorde en ton nom.

Article publié par Service com • Publié le Mercredi 17 avril 2019 - 00h03 • 235 visites

keyboard_arrow_up