Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Mardi 28 mars

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu.
(Proposition du livret S'il te plaît donne-moi un quart d'heure )

Se laisser toucher comme Jésus

JEAN 5, 1-16

 

À l’occasion d’une fête juive, Jésus monta à Jérusalem. Or, à Jérusalem, près de la porte des Brebis, il existe une piscine qu’on appelle en hébreu Bethzatha. Elle a cinq colonnades, sous lesquelles étaient couchés une foule de malades, aveugles, boiteux et impotents. Il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans. Jésus, le voyant couché là, et apprenant qu’il était dans cet état depuis longtemps, lui dit : « Veux-tu être guéri ? » Le malade lui répondit : « Seigneur, je n’ai personne pour me plonger dans la piscine au moment où l’eau bouillonne ; et pendant que j’y vais, un autre descend avant moi. » Jésus lui dit : « Lève-toi, prends ton brancard, et marche. » Et aussitôt l’homme fut guéri. Il prit son brancard : il marchait ! Or, ce jour-là était un jour de sabbat. Les Juifs dirent donc à cet homme que Jésus avait remis sur pieds : « C’est le sabbat ! Il ne t’est pas permis de porter ton brancard. » Il leur répliqua : « Celui qui m’a guéri, c’est lui qui m’a dit : “Prends ton brancard, et marche !” » Ils l’interrogèrent : « Quel est l’homme qui t’a dit : “Prends ton brancard, et marche” ? »Mais celui qui avait été rétabli ne savait pas qui c’était ; en effet, Jésus s’était éloigné, car il y avait foule à cet endroit. Plus tard, Jésus le retrouve dans le temple et lui dit : « Te voilà guéri. Ne pèche plus, il pourrait t’arriver quelque chose de pire. » L’homme partit annoncer aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. Et ceux-ci persécutaient Jésus parce qu’il avait fait cela le jour du sabbat.

 

Bethzatha, lieu païen consacré autrefois à un Dieu guérisseur, attire les foules des miséreux, des clochards accablés par la maladie et le handicap ; ceux que méprisent les élites religieuses, parce que considérés comme des pécheurs, des moins que rien.

Jésus se mêle à eux. Il voit ces êtres sans nom à qui l’on refuse l’accès au temple et la pratique de la foi, qui n’ont d’autre choix que de se tourner vers de vieilles croyances et des rites superstitieux.

Que peut-il ressentir dans cette cour des miracles ?

Jésus s’avance vers un malade alité depuis trente-huit ans : une éternité ! Il le questionne. L’homme est désespérément seul. Touché, il voit la soif intérieure de l’homme et l’invite à se lever et à marcher. Il le rétablit dans sa dignité d’homme et de croyant.

Après une altercation avec des juifs pieux, celui qui est guéri témoignera de Jésus sans avoir peur.

Je demande à Dieu la grâce de me laisser toucher comme Jésus et de témoigner de lui, par mes paroles et par mes actes.

Fintxt4 Fintxt4  

Article publié par Equipe Cathocambrai.com • Publié Mardi 28 mars 2017 - 00h03 • 98 visites

Actualités de l'Eglise

Œuvre d’Orient : lancement de l’opération « de Lourdes à Ninive »
Monseigneur Pascal Gollnisch, directeur de L'Œuvre d'Orient avait été particulièrement touché...

Mission de France : « Va trouver mes frères », soyons apôtres simplement
400 membres de la communauté Mission de France, prêtres, diacres et laïcs se sont réunis en...

Comment le Tour de France a t-il fait vivre le sanctuaire du Puy-en-Velay?
Le Puy-en-Velay (Haute-Loire) en tant que ville-étape accueillait cette semaine le Tour de France...

Délégation catholique pour la coopération : Témoignages de volontaires
A l'occasion de son année jubilaire, la Délégation catholique pour la coopération (DCC)...

Commentaires du dimanche 23 juillet
23 juillet 2017, 16e dimanche du temps ordinaire, commentaires des lectures bibliques,...

Haut de page