retour  Doyenné de Cateau-Cambrésis -  Église Catholique -  Diocèse de Cambrai
account_circle

Lettre H Le Minez du 28 octobre

Dédougou, le 28 octobre 2021

Chers amis,

 

Ma semaine a été marquée par la rentrée judiciaire des Tribunaux ecclésiastiques qui s’est tenue à Ouaga du lundi au jeudi. Nous étions une trentaine de participants, prêtres mais aussi une Religieuse qui enseigne le Droit canonique (Droit interne à l’Eglise) dans un des grands séminaires, venus de tous les diocèses du pays.

Chaque année en octobre, une session rassemble les membres de ces  Tribunaux sous la présidence de l’Evêque responsable de la Commission épiscopale, en l’occurrence Mgr Laurent Dabiré, un jeune Evêque qui est, par ailleurs, le Président de la Conférence des Evêques du Burkina et du Niger. Evêque de Dori situé au nord-Est du pays, dans la zone sahélienne, il connait bien le problème de l’insécurité qui sévit toujours des frontières du Mali et du Niger.

Ambiance joyeuse et fraternelle lors de cette session mais aussi très studieuse. Chaque diocèse a fait le compte-rendu de son année écoulée et des difficultés rencontrées : manque de personnel compétent et disponible (plusieurs membres de ces Tribunaux ont plusieurs « casquettes » : Vicaire général, Chancelier,  Professeur…), manque de locaux, manque de matériel (informatique…).

Nous avons eu aussi plusieurs communications très intéressantes notamment celle de l’Ab. Stanislas Balo qui est le Chancelier ainsi que l’Official du diocèse de Dédougou et qui a terminé son Doctorat en Droit canonique  à Toulouse il y a un an. Il nous a présenté sa thèse de Doctorat sur « la charge du gouvernement dans l’Eglise ».

L’intervention de Mgr Laurent Dabiré a été également très appréciée concernant l’accord (« concordat ») qui a été signé en 2020 entre l’Etat du Burkina-Faso et le St Siège fixant le statut juridique de l’Eglise dans ce pays.

Profitant de mon séjour à Ouaga, je me suis rendu au Consulat de France pour m’inscrire sur la liste consulaire. Ainsi, je reçois désormais les informations officielles envoyées aux Français résidant au Burkina.

 

Au petit séminaire, nous sommes toujours confrontés aux problèmes de santé avec les jeunes ; dernièrement un élève de 4ième nous a fait bien peur. Emmené d’urgence au Centre médical diocésain pour une forte crise de palu, il tomba dans le coma. Son père alerté le veilla la nuit, tandis qu’un professeur et un élève de terminale se relayaient à son chevet. Heureusement, après 2 jours de perfusion de quinine, il sortit du coma. Après quelques jours de repos en famille, il est revenu aujourd’hui au séminaire.

Ce week-end, aura lieu l’accueil des « nouveaux » (séminaristes et professeurs dont votre serviteur !) : soirée récréative le samedi soir (les jeunes répètent des saynètes et des chants en ce moment même alors que j’écris ces lignes) et messe festive dimanche matin !

Après mon séjour dans la grande ville de Ouaga, bruyante et encombrée, j’ai retrouvé, avec joie, le calme et la verdure du petit séminaire ! (à Ouaga, de la musique jusque 24h et l’appel à la prière du muezzin à 4h45 !!).

 

Je vous renouvelle l’expression de toute mon amitié fraternelle et l’assurance de ma prière, notamment à l’approche de la fête de la Toussaint et de la journée de prière pour les défunts le 2 novembre. Je suis tout particulièrement uni à la Communauté paroissiale de Ste Maxellende et  à la famille de notre ami Mr Desmarest de Beauvois dont j’ai appris la disparition brutale. Avec son épouse Dominique, il participait activement à la vie de la Communauté.

Que le Seigneur accueille dans sa paix son fidèle serviteur !

 

Ab. Hervé

Article publié par Cathocambrai • Publié le Samedi 30 octobre 2021 • 316 visites

keyboard_arrow_up