Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Lundi 19 février

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu.
(Proposition du livret S'il te plaît donne-moi un quart d'heure )

Quand il reviendra

MATTHIEU 25,31-46

 

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs : il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !” Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?” Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.” Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : “Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges. Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.” Alors ils répondront, eux aussi : “Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?” Il leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.” Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

 

« Quand le fils de l’homme viendra dans sa gloire… », voilà concrètement ce qui va se passer. Nous connaissons par cœur cet évangile car il touche à notre espérance, à notre avenir, à ce qui nous attend ; et ça fait un peu froid dans le dos… De quel côté vais-je être mis ?

Car ils semblent tous frappés d’amnésie, ces brebis et ces boucs, ils ne se souviennent plus d’avoir donné à boire, à manger… Ou pas ? Et je me surprends à me dire : est-ce que j’ai toujours bien répondu aux attentes de ceux qui m’entourent, vais-je moi aussi être frappé d’amnésie ? Et ce Fils de l’homme qui semble bien peu miséricordieux devant ces boucs qui ne se souviennent de rien… Ça interroge et admettons-le, ça refroidit !

Et si je demandais au Seigneur chaque jour en me levant d’avoir un cœur et des yeux suffisamment ouverts à mes proches et à ceux auxquels je n’aurais peut-être pas pensé. La nature humaine est souvent égoïste mais je crois en un Dieu qui m’aide à dépasser mon repli sur moi, ma peur de prendre des risques …

Que je sois croyant ou non, chaque geste d‘amour m’unit « à la divinité de Celui qui a pris notre humanité ».

Article publié par Service com • Publié Lundi 19 février 2018 - 00h03 • 292 visites

Haut de page