Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Lundi 30 mars

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu. (Proposition du livret S'il te plaît donne-moi un quart d'heure )

Une bonne odeur dans la nuit

 

ÉVANGILE DE JESUS-CHRIST SELON SAINT JEAN 12, 1-11

Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, qu’il avait réveillé d’entre les morts. On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était parmi les convives avec Jésus. Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur ; elle versa le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux ; la maison fut remplie de l’odeur du parfum. Judas Iscariote, l’un de ses disciples, celui qui allait le livrer, dit alors : “Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données à des pauvres ?” Il parla ainsi, non par souci des pauvres, mais parce que c’était un voleur : comme il tenait la bourse commune, il prenait ce que l’on y mettait. Jésus lui dit : “Laisse-la observer cet usage en vue du jour de mon ensevelissement ! Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours.” Or, une grande foule de juifs apprit que Jésus était là, et ils arrivèrent, non seulement à cause de Jésus, mais aussi pour voir ce Lazare qu’il avait réveillé d’entre les morts. Les grands prêtres décidèrent alors de tuer aussi Lazare, parce que beaucoup de juifs, à cause de lui, s’en allaient, et croyaient en Jésus.

 

Il y a la lumière : des amis entourent Jésus pour un repas en son honneur. Marthe, une femme qui fait tant confiance à Jésus, au service de chacun. Marie, sa soeur, tout intérieure et silencieuse, versant un grand parfum sur les pieds de Jésus.

Il y a aussi l’ombre : Judas ment, les chefs des prêtres décident de faire mourir Jésus. Malgré la fête, le climat devient lourd, pesant, sombre.

Et pourtant, une bonne odeur de parfum se répand. Une odeur qui ne se dissipera pas, même dans la nuit, qui va imprégner la vie de chacun de ceux qui désirent s’en revêtir.

Et tout particulièrement ceux qui seront baptisés dans la nuit de Pâques. Peut-être que j’en connais dans ma paroisse ou mon doyenné : je peux les porter dans ma prière. Si je n’en connais pas personnellement, je peux prier pour ceux du diocèse qui seront revêtus de la bonne odeur du Christ dans la nuit de Pâques. Je demande cette grâce pour eux et pour moi-même.

Fintxt Fintxt  

Article publié par Equipe Cathocambrai.com • Publié Lundi 30 mars 2015 - 00h00 • 604 visites

Haut de page