Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Mardi 27 février

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu.
(Proposition du livret S'il te plaît donne-moi un quart d'heure )

Et moi ! Et moi ?

MATTHIEU 23, 1-12

En ce temps-là, Jésus s’adressa aux foules et à ses disciples, et il déclara : «Les scribes et les pharisiens enseignent dans la chaire de Moïse. Donc, tout ce qu’ils peuvent vous dire, faites-le et observez-le. Mais n’agissez pas d’après leurs actes, car ils disent et ne font pas. Ils attachent de pesants fardeaux, difficiles à porter, et ils en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt. Toutes leurs actions, ils les font pour être remarqués des gens : ils élargissent leurs phylactères et rallongent leurs franges ; ils aiment les places d’honneur dans les dîners, les sièges d’honneur dans les synagogues et les salutations sur les places publiques ; ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi. Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n’avez qu’un seul maître pour vous enseigner, et vous êtes tous frères. Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n’avez qu’un seul Père, celui qui est aux cieux. Ne vous faites pas non plus donner le titre de maîtres, car vous n’avez qu’un seul maître, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé.»

 

À la télé, dans mes activités, mes associations, chez nos politiques, notre église, en famille... j’entends régulièrement les recommandations «à faire, à ne pas faire».

Tous «beaux parleurs», nous sommes régulièrement prêts à donner des conseils, à inviter les autres à pratiquer les vertus dont on ne se préoccupe pas pour soi-même.

Et moi, qui adopte souvent cette attitude, ne suis-je pas alors à mon tour «scribe et pharisien» ?

Et moi, en besoin de reconnaissance, ne suis-je pas prêt à me donner, me faire donner le titre de «Rabbi» ?

Puis-je alors me rappeler que celui « qui s’élève sera abaissé », que nous n’avons « qu’un seul Dieu et Père » ?

Car bien souvent, « j’y pense et puis j’oublie ».

Donne-moi la grâce, Seigneur, de m’oublier moi-même pour mieux « servir et partager. » (devise de l’hospitalité diocésaine de Cambrai à Lourdes)

Fintxt4 Fintxt4  

Article publié par Equipe Cathocambrai.com • Publié Mardi 27 février 2018 - 00h03 • 230 visites

Haut de page