retour  Espace prière -  Église Catholique -  Diocèse de Cambrai
account_circle

10 avril 2011 - 5ème dimanche de carême

La meilleure part
Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 11, 1-3.17-39a
10 avril stp2011 10 avril stp2011   Un homme était tombé malade. C’était Lazare, de Béthanie, le village de Marie et de sa soeur Marthe. (Marie est celle qui versa du parfum sur le Seigneur et lui essuya les pieds avec ses cheveux. Lazare, le malade, était son frère.) Donc, les deux soeurs envoyèrent dire à Jésus : “Seigneur, celui que tu aimes est malade.” (…) Quand Jésus arriva, il trouva Lazare au tombeau depuis quatre jours déjà. Comme Béthanie était tout près de Jérusalem – à une demi-heure de marche environ –, beaucoup de Juifs étaient venus manifester leur sympathie à Marthe et à Marie, dans leur deuil. Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus, elle partit à sa rencontre, tandis que Marie restait à la maison. Marthe dit à Jésus : “Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort. Mais je sais que, maintenant encore, Dieu t’accordera tout ce que tu lui demanderas.” Jésus lui dit : “Ton frère ressuscitera.” Marthe reprit : “Je sais qu’il ressuscitera au dernier jour, à la résurrection.” Jésus lui dit : “Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; et tout homme qui vit et qui croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ?” Elle répondit : “Oui, Seigneur, tu es le Messie, je le crois : tu es le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde.” Ayant dit cela, elle s’en alla appeler sa soeur Marie, et lui dit tout bas : ”Le maître est là, il t’appelle.” Marie, dès qu’elle l’entendit, se leva aussitôt et partit rejoindre Jésus. Il n’était pas encore entré dans le village ; il se trouvait toujours à l’endroit où Marthe l’avait rencontré. Les Juifs qui étaient à la maison avec Marie, et lui manifestaient leur sympathie, quand ils la virent se lever et sortir si vite, la suivirent, pensant qu’elle allait au tombeau pour y pleurer. Elle arriva à l’endroit où se trouvait Jésus ; dès qu’elle le vit, elle se jeta à ses pieds et lui dit : “Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort.” Quand il vit qu’elle pleurait, et que les Juifs venus avec elle pleuraient aussi, Jésus fut bouleversé d’une émotion profonde. Il demanda : “Où l’avez-vous déposé ?” Ils lui répondirent : “Viens voir, Seigneur.” Alors Jésus pleura. Les Juifs se dirent : “Voyez comme il l’aimait !” Mais certains d’entre eux disaient : “Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas empêcher Lazare de mourir ?” Jésus, repris par l’émotion, arriva au tombeau. C’était une grotte fermée par une pierre. Jésus dit : “Enlevez la pierre.”
 
Marthe et Marie. Les deux soeurs de Lazare. Je me souviens comment chacune à sa manière avait accueilli Jésus, dans leur maison, et j’entends encore la remarque de Jésus à Marthe : “C’est Marie qui a choisi la meilleure part” (Luc 10, 42).
Mais aujourd’hui, les deux soeurs sont dans un contexte tout autre : Lazare vient de mourir.
Je prends le temps de considérer l’attitude des deux soeurs
face à la mort de leur frère.
Marie, elle qui versa du parfum sur les pieds de Jésus, geste d’un ensevelissement anticipé, reste tournée vers la mort. Son dialogue avec Jésus est bref. Elle pleure, envahie par la douleur. Quant à Marthe… elle parle plus longuement à Jésus, et quel beau dialogue avec lui, quelle belle profession de foi et d’espérance : “Je sais”, commence-t-elle, “je crois”, poursuit-elle.
Aujourd’hui, n’est-ce pas Marthe qui a choisi la meilleure part, celle de la foi et de l’espérance ? Je la fais mienne et avec Marthe, je choisis le Christ, je choisis la vie plus puissante que la mort.

Fintxt Fintxt  

Vous pouvez déposer un commentaire, une prière ... ici

Lire les paroles déposées ici

Article publié par Equipe Cathocambrai.com • Publié le Dimanche 10 avril 2011 - 00h00 • 1817 visites

keyboard_arrow_up