retour Vie du diocèse - Église Catholique - Diocèse de Cambrai
account_circle

Intervention à l’Hôtel de ville de Cambrai

M. le Maire François-Xavier Villain, avec vous, je tiens tout d’abord à saluer et à remercier pour leur présence les personnalités civiles qui vous accompagnent à l’occasion de mon accueil officiel comme archevêque du diocèse de Cambrai. Permettez-moi de saluer M. le sous-préfet Thierry Hégay, M. le député Guy Bricout ; Mesdames et messieurs les maires, conseillers régionaux et départementaux, ainsi que tous les élus présents. Merci à vous, M. le Commissaire Eric Prévot et à tous les fonctionnaires de police et de gendarmerie. Permettez-moi d’évoquer le personnel municipal et de les remercier chaleureusement pour leur dévouement.

 

Avec les diocésains et les habitants de Cambrai, je suis honoré par la présence de Mgr Luigi Ventura, nonce apostolique en France et de Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille, ainsi que des évêques, prêtres et amis venus parfois de loin, notamment de l’Alsace, ma terre natale et mon lieu de mission comme évêque auxiliaire durant six ans.

Enfin, je salue celles et ceux qui, en peu de temps, sont devenus mes collaborateurs pour le service des chrétiens et de le l’ensemble des habitants du diocèse.

 

La dernière fois que j’ai pris la parole ici à l’Hôtel de ville, c’était en août dernier, à l’occasion des funérailles de Mgr François Garnier, mon prédécesseur, qui a su gagner l’estime des Cambrésiens et de l’ensemble de la population du diocèse regroupant les quatre arrondissements du Cambrésis, de l’Avesnois, du Valenciennois et du Douaisis.

Mgr Garnier portait le souci de la fraternité. Il y a travaillé ardemment au sein des prêtres, les premiers collaborateurs de l’évêque, pour que l’Evangile du Christ, la Bonne Nouvelle de paix et de justice soit accueillie et vécue dans notre région.

La foi chrétienne est un message de fraternité. C’est tout le sens de la fête du Christ Roi aujourd’hui. Le titre roi résonne à nos oreilles comme un obstacle voire une négation de la fraternité.

Or le Christ est pleinement roi en ce qu’il a brisé les verrous de la haine et de la mort par sa mort consentie, par amour de Dieu et des hommes. Le Christ est roi, non en attirant à soi, mais vers Dieu son Père. Il attire non sous la contrainte, mais dans le respect de la liberté de chaque homme.

C’est ainsi que je viens vers vous comme évêque. Je viens par choix du Pape François en qui je reconnais l’appel de l’Eglise et la volonté de Dieu. Je viens en réponse libre à cet appel. Je viens par amour du Christ et de son Eglise et chercherai à servir le bien des habitants de mon diocèse dans le respect des autorités de l’Etat et en lien avec les responsables de la vie publique et associative.

 

Disciple du Christ par le baptême, je désire être pour vous le serviteur de la charité du Christ.

Attaché à ma patrie la France, je désire servir le bien commun spirituel qui tire sa sève en grande partie de l’Evangile du Christ.

Vive la liberté qui permet à chacun de vivre selon ses convictions religieuses et philosophiques au service du bien commun.

Vive l’égalité qui permet à chaque homme et à chaque femme d’être respecté dans leurs différences, et au pauvre de trouver sa place dans la société.

Vive la fraternité qui permet à l’humanité de s’engager pour la paix entre les peuples et pour la préservation de la création.

+ Mgr Vincent Dollmann
Archevêque de Cambrai

Article publié par Service communication • Publié Vendredi 30 novembre 2018 - 10h04 • 250 visites

keyboard_arrow_up