account_circle

Le label Eglise verte: et si on en parlait ?

La session de rentrée du doyenné du Cateau Cambrésis a réuni 85 personnes autour de Bernadette Hautecoeur pour découvrir ce qu'était l'Eglise Verte; depuis 2 ans certaines communautés paroissiales et diocèses font des efforts pour obtenir ce label.

C'est d'abord une Eucharistie qui rassemble les fidèles du doyenné du Cateau-Cambrésis dans la basilique Ste Maxellende, une centaine de personnes ont répondu oui à cette action de grâce qui marque le début de l'année pour cette première rencontre en doyenné !

Les six paroisses sont représentées par des jeunes et moins jeunes mais tous entendront ce qui sera dit durant la soirée pour une sauvegarde de l'humanité ! Un globe terrestre est apporté en procession pour marquer deux évènements : le premier est le mois missionnaire extraordinaire sous le regard de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, le second pour rappeler le thème de cette soirée autour de l'encyclique du pape François " Laudato Si ".

Après la messe, tous se retrouvent à la salle paroissiale Ste Maxellende pour avec Bernadette Hautecoeur entrer dans le vif du sujet ! Cette dernière a fondé il y a deux ans le réseau " Laudato Si " au niveau du diocèse de Cambrai. C'est un moyen de mettre en relation tous ceux qui oeuvrent à la sauvegarde de la maison commmune qu'est notre terre ! Via ce réseau Bernadette va où on la demande pour expliquer ce qu'est le label "église verte" comment y adhérer, comment y grandir pour atteindre les différents niveaux, comment le promouvoir....etc....

C'est dans ce cadre qu'Hervé Le Minez doyen du Cateau-Cambrésis a souhaité l'inviter et faire sa session de rentrée autour de cela. Dominique Marteen diacre du doyenné avait déjà sensibilisé les fidèles par des formations sur l'encyclique " Laudato Si" en 2015 , les 85 présents ne sont donc pas tous néophytes en matière de sauvegarde, de protection de l'environnement et de l'Homme.

Lorsque Bernadette lit l'encyclique elle découvre le lien que fait le pape entre l'écologie et la foi, pour les non chrétiens l'encyclique du pape François fait également écho et de nombreuses associations ou mouvements y font référence; il est plus que temps de s'inquiéter de sauvegarder notre humanité. Le réseau "Laudato Si" vient expliquer que ce n'est pas un problème purement écologique qui est en question, que c'est n'est pas la planète qu'il faut sauver mais l'humanité. L'Homme est en danger, se met en danger par ses comportements vis à vis des autres humains mais aussi vis à vis de l'environnement. Et pour palier à cette crise sociale et environnementale , l'Homme doit se convertir ! Déjà  Paul VI, tirait la sonnette d'alarme et parle à son époque de crise écologique, Jean Paul II quant à lui parle de conversion écologique.

Ce processus de conversion passe par plusieurs étapes

  • retrouver l'émerveillement

  • prendre conscience des réalités du monde

  • revisiter le trésor de la foi

  • résister au système dominant

  • écouter les témoins existants

  • se convertir

Pour bien comprendre ce processus de conversion il faut accepter que TOUT SOIT LIE

Dieu, les autres et moi : l'un ne va pas sans l'autre, si j'agis sur l'un il y a aussi interaction sur l'autre. Il faut avoir le regard de Dieu envers tous et sur tout ce qu'il a créé ! Sans cette capacité à AIMER rien ne peut se faire !

La première partie de cette rencontre s'achève déjà, la pédagogie variée entre vidéo, diaporama, chants, interrogations ou exemples permet à tous de rester à l'écoute de ce qui est dit !

Après le temps du repas, nous écoutons Suzon de Denain qui s'est lancé dans l'aventure et qui a inscrit sa paroisse Ste Remfroye en Denaisis au label " Eglise verte " et qui est aujourd'hui au 2ème échelon celui de "lis des champs". Elle explique que ce ne sont pas des choses en plus à faire mais surtout un état d'esprit à avoir !

Des exemples sont donnés : réduire les photocopies, les imprimer recto verso pour éviter une feuille blanche ! Utiliser le papier recyclé; au niveau des bâtiments paroissiaux installer des maisons à insectes, travailler à des jardins potagers partagés, ne plus utiliser de gobelets en plastiques mais des écocups, manger bio et local lors des fêtes ou pots de l'amitié....

Suzon est joyeuse (et cela se voit) de porter ce projet, c'est que du bonheur pour elle et pour l'humanité !

"Que celles et ceux qui ont des oreilles entendent " et se mettent en route;  la première étape après inscription est un peu administrative, elle passe par un état des lieux sur le site Eglise verte et la constitution d'une petite équipe de 3 personnes pour démarrer !

Sur le site national église verte, il nous est dit ceci :

"Le label est un outil à destination des paroisses / Églises locales ainsi que des oeuvres, mouvements, monastères et établissements chrétiens qui veulent s'engager pour le soin de la création" En deux ans ce sont près de 300 communautés qui se sont mis en marche vers une église verte.

C'est avec beaucoup d'humilité, de simplicité et de prière, à l'image de St François d' Assise qu'il faut se lancer dans cette belle aventure alors n'hésitez pas !

 

Article publié par Dorothée QUENNESSON • Publié le Dimanche 13 octobre 2019 • 341 visites

keyboard_arrow_up