Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Lundi 3 avril

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu.
(Proposition du livret S'il te plaît donne-moi un quart d'heure )

Au ras du sol

JEAN 8,1-11

 

En ce temps-là, Jésus s’en alla au mont des Oliviers. Dès l’aurore, il retourna au Temple. Comme tout le peuple venait à lui, il s’assit et se mit à enseigner. Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en situation d’adultère. Ils la mettent au milieu, et disent à Jésus : « Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, que dis-tu ? » Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre. Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. » Il se baissa de nouveau et il écrivait sur la terre. Eux, après avoir entendu cela, s’en allaient un par un, en commençant par les plus âgés. Jésus resta seul avec la femme toujours là au milieu. Il se redressa et lui demanda : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? » Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »

 

Une scène éprouvante à vivre et à voir, si actuelle ! Elle nous parle de la dureté de nos cœurs parfois… et d’un Dieu qui nous rejoint le plus bas possible.

Je regarde la scène se dérouler, les actes de tous ceux qui sont là, au cœur de cet évènement. Il y a tous les scribes et les pharisiens, debout et dominant de toute leur hauteur Jésus et cette femme ; il y a cette femme à terre qui a été bousculée et amenée là, elle est encerclée, enfermée dans un lieu sans issues avec pour murs le jugement des autres.

 

Et Jésus est là, baissé, vers le sol, plus petit encore que cette femme que l’on écrase. Il ne se redresse que pour sauver la femme et tous ceux qui la jugent et la condamnent… et qui tombent bien plus bas ! En les renvoyant à leurs limites et à leurs fragilités, il les empêche de se laisser mener par un cœur de pierre. Il les aide à sentir battre en eux un cœur de chair, lieu de leur salut.

 

Et moi, est-ce que je laisse le Seigneur me rejoindre au plus bas où je suis parfois ?

Fintxt4 Fintxt4  

Article publié par Service com • Publié Lundi 03 avril 2017 - 00h03 • 63 visites

Le temps de l'Eglise

Lectures du jour :

> Avec Messe Infos

Actualités de l'Eglise

Vermeer catholique ?
L’exposition parisienne pour laquelle on ne fait qu’une heure de queue à condition d’avoir...

Le Patriarche œcuménique Bartholoméos à Taizé
Le patriarche Bartholoméos de Constantinople s’est rendu à Taizé dans la communauté...

Commentaires du dimanche 30 avril
23 avril 2017, 2éme dimanche de Pâques, commentaires des lectures bibliques, Marie-Noëlle...

L’accord de Paris sur le climat : de la COP 21 à la COP 22 à Marrakech
L’Accord de Paris de décembre 2015 de lutte mondiale contre le changement climatique a été...

Homélie du dimanche 30 avril
Troisième dimanche de Pâques

Haut de page