Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Mercredi 12 avril – Mercredi Saint

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu.
(Proposition du livret S'il te plaît donne-moi un quart d'heure )

Quelle fidélité ?

MATTHIEU 26,14-25

 

argent argent  En ce temps-là, l’un des Douze, nommé Judas Iscariote, se rendit chez les grands prêtres et leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui remirent trente pièces d’argent. Et depuis, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer. Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples s’approchèrent et dirent à Jésus : « Où veux-tu que nous te fassions les préparatifs pour manger la Pâque ? » Il leur dit : « Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : “Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.” » Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque. Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze. Pendant le repas, il déclara : « Amen, je vous le dis : l’un de vous va me livrer. » Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, chacun son tour : « Serait-ce moi, Seigneur ? » Prenant la parole, il dit : « Celui qui s’est servi au plat en même temps que moi, celui-là va me livrer. Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ! » Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C’est toi-même qui l’as dit ! »

 

Tandis que Judas ne pense qu’à l’argent, les disciples sont attentifs à préparer la fête de la Pâque. Jésus, lui, sait : son heure est proche.

 

Très vite, le climat du repas s’alourdit : « L’un de vous va me livrer ».
Immédiatement, la tristesse saisit ceux qui entourent Jésus. « L’un de vous… ». Mais qui ? On devine le silence qui devait suivre cette déclaration si forte de Jésus. Chacun devait se sentir concerné, comme découvert incapable d’accompagner Jésus jusqu’au bout.

 

Comme chacun des disciples, Judas, n’y croyant pas lui-même, interroge le Maître : « Serait-ce moi ? ». Oui. Pour trente pièces d’argent, des peccadilles… Trente pièces pour un homme qui vient pour sauver l’humanité.
Autant dire que le Salut n’a pas de prix.

 

Et moi, arrivant au terme de ce carême, en cette veille du jeudi saint, qu’est-ce que Jésus dit de ma fidélité ?

 

Fintxt4 Fintxt4  

Article publié par Service com • Publié Mercredi 12 avril 2017 • 70 visites

Le temps de l'Eglise

Lectures du jour :

> Avec Messe Infos

Actualités de l'Eglise

Vermeer catholique ?
L’exposition parisienne pour laquelle on ne fait qu’une heure de queue à condition d’avoir...

Le Patriarche œcuménique Bartholoméos à Taizé
Le patriarche Bartholoméos de Constantinople s’est rendu à Taizé dans la communauté...

Commentaires du dimanche 30 avril
23 avril 2017, 2éme dimanche de Pâques, commentaires des lectures bibliques, Marie-Noëlle...

L’accord de Paris sur le climat : de la COP 21 à la COP 22 à Marrakech
L’Accord de Paris de décembre 2015 de lutte mondiale contre le changement climatique a été...

Homélie du dimanche 30 avril
Troisième dimanche de Pâques

Haut de page