Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Lundi 11 mars 2013

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu. (Proposition du livret "S'il te plaît donne-moi un quart d'heure")

Faire confiance

EVANGILE DE JESUS-CHRIST SELON SAINT Jean 4, 43-54
 
Jésus, après ces deux jours chez les Samaritains, partit pour la Galilée. (Lui-même avait attesté qu’un prophète n’est pas honoré dans son propre pays.) Il arriva donc en Galilée ; les Galiléens lui firent bon accueil, car ils avaient vu tout ce qu’il avait fait à Jérusalem pendant la fête de la Pâque, puisqu’ils étaient allés eux aussi à cette fête. Ainsi donc, Jésus revint à Cana en Galilée, où il avait changé l’eau en vin. Or, il y avait un fonctionnaire royal, dont le fils était malade à Capharnaüm. Ayant appris que Jésus arrivait de Judée en Galilée, il alla le trouver ; il lui demandait de descendre à Capharnaüm pour guérir son fils qui était mourant. Jésus lui dit : “Vous ne pourrez donc pas croire à moins d’avoir vu des signes et des prodiges ?” Le fonctionnaire royal lui dit : “Seigneur, descends, avant que mon enfant ne meure !” Jésus lui répond : “Va, ton fils est vivant.” L’homme crut à la parole que Jésus lui avait dite et il partit. Pendant qu’il descendait, ses serviteurs arrivèrent à sa rencontre et lui dirent que son enfant était vivant. Il voulut savoir à quelle heure il s’était trouvé mieux. Ils lui dirent : “C’est hier, au début de l’après-midi, que la fièvre l’a quitté.” Le père se rendit compte que c’était justement l’heure où Jésus lui avait dit : “Ton fils est vivant.” Alors, il crut, avec tous les gens de sa maison.
Tel est le second signe que Jésus accomplit lorsqu’il revint de Judée en Galilée.
 
Le rappel du premier miracle de Jésus à Cana, où il revient, introduit la rencontre entre Jésus et un fonctionnaire royal. Celui-ci demande à Jésus de descendre à Capharnaüm pour guérir son fils mourant.
Face au reproche de Jésus qui s’interroge sur le manque de foi, le père ne se laisse pas ébranler. Il insiste avec confiance : “Seigneur, descends avant que mon enfant ne meure !” Jésus, ému par l’amour du père, répond : “Va, ton fils est vivant.”
Touché par la foi de cet homme, Jésus guérit son fils. “Alors, il crut, avec tous les gens de sa maison.”
Je me laisse interpeller par la guérison du fils, par la foi grandissante du père qui a gagné tous les gens de sa maison.
De quelle guérison ai-je besoin ?
Seigneur, toi qui me connais mieux que moi-même, guéris en moi tout ce qui m’empêche d’être pleinement vivant.
Donne-moi une confiance inébranlable dans ta parole.
Rends ma foi contagieuse.
Fintxt Fintxt  

 

Vous pouvez déposer un commentaire, une prière ... ici

Lire les paroles déposées ici

Article publié par Equipe Cathocambrai.com • Publié Lundi 11 mars 2013 • 1265 visites

Actualités de l'Eglise

Père Gilles Drouin :  » Tant d’images et de visages, habitent définitivement mon cœur depuis ces moments incroyables »
Gilles Drouin, prêtre du diocèse d’Évry, chargé d’enseignement au séminaire d’Issy les...

Commentaires du dimanche 27 août
27 août 2017, 21e dimanche du Temps Ordinaire, commentaires des lectures bibliques, Marie-Noëlle...

Homélie du dimanche 27 août
21éme dimanche du Temps Ordinaire

Méditation du Pape Jean-Paul II lors de la veillée baptismale avec les jeunes
Médiation du Pape Jean-Paul II lors de la veillée baptismale avec les jeunes.

Discours de Monsieur Lionel Jospin, Premier Ministre
Discours de Monsieur Lionel Jospin, Premier Ministre.

Haut de page