Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Mardi 12 mars 2013

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu. (Proposition du livret "S'il te plaît donne-moi un quart d'heure")

03 12 stp2013.jpg 03 12 stp2013.jpg   Jésus remet debout

EVANGILE DE JESUS-CHRIST SELON SAINT Jean 5, 1-16
 
A l’occasion d’une fête des Juifs, Jésus monta à Jérusalem. Or, à Jérusalem, près de la Porte des Brebis, il existe une piscine qu’on appelle en hébreu Bézatha. Elle a cinq colonnades, sous lesquelles étaient couchés une foule de malades : aveugles, boiteux et paralysés. Il y en avait un qui était malade depuis trente-huit ans. Jésus, le voyant couché là, et apprenant qu’il était dans cet état depuis longtemps, lui dit : “Est-ce que tu veux retrouver la santé ?” Le malade lui répondit : “Seigneur, je n’ai personne pour me plonger dans la piscine au moment où l’eau bouillonne ; et pendant que j’y vais, un autre descend avant moi.” Jésus lui dit : “Lève-toi, prends ton brancard, et marche.” Et aussitôt l’homme retrouva la santé. Il prit son brancard : il marchait !
Or, ce jour-là était un jour de sabbat. Les Juifs dirent à cet homme que Jésus avait guéri : “C’est le sabbat ! Tu n’as pas le droit de porter ton brancard.” Il leur répliqua : “Celui qui m’a rendu la santé, c’est lui qui m’a dit : « Prends ton brancard, et marche ! »” Ils l’interrogèrent : “Quel est l’homme qui t’a dit : «Prends-le, et marche » ?” Mais celui qui avait été guéri ne le savait pas ; en effet, Jésus s’était éloigné, car il y avait foule à cet endroit.
Plus tard, Jésus le retrouva dans le temple et lui dit : “Te voilà en bonne santé. Ne pèche plus, il pourrait t’arriver pire encore.” L’homme partit annoncer aux Juifs que c’était Jésus qui lui avait rendu la santé. Et les Juifs se mirent à poursuivre Jésus parce qu’il avait fait cela le jour du sabbat.
 
Je vois Jésus rejoignant la foule des malades attendant le bouillonnement de l’eau de la piscine pour s’y précipiter dans l’espoir de la guérison. Renseigné sur les trente-huit années de maladie d’un homme couché sur un brancard, Jésus lui pose cette question surprenante : “Est-ce que tu veux retrouver la santé ?”
Le malade répond à côté : c’est la faute des autres plus rapides que moi à se plonger dans la piscine, personne ne s’occupe de moi. Il est dans la plainte.
Jésus ne le suit pas dans ses lamentations et lui répond par une invitation forte, presque un ordre : “Lève-toi, prends ton brancard et marche !” L’homme s’exécute, emportant sous son bras son brancard, symbole de ses paralysies passées et se rend au temple, réintroduit dans la société.
Je m’interroge : ne suis-je pas parfois comme le malade, tiré en arrière par des forces qui m’empêchent d’avancer ?
Seigneur, face à toutes mes peurs, mes limites, mes faiblesses, mes paralysies, tu viens au-devant de moi et tu me dis : lève-toi, assume ta vie, avec tes limites, ton passé et marche à ma suite.
Fintxt Fintxt  

 

Vous pouvez déposer un commentaire, une prière ... ici

Lire les paroles déposées ici

Article publié par Equipe Cathocambrai.com • Publié Mardi 12 mars 2013 • 1261 visites

Haut de page