Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Dimanche 17 mars 2013

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu. (Proposition du livret "S'il te plaît donne-moi un quart d'heure")

Piège mortel

EVANGILE DE JESUS-CHRIST SELON SAINT Jean 8,1-11
 
Jésus s’était rendu au mont des Oliviers ; de bon matin, il retourna au temple de Jérusalem. Comme tout le peuple venait à lui, il s’assit et se mit à enseigner. Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en train de commettre l’adultère. Ils la font avancer, et disent à Jésus : “Maître, cette femme a été prise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, qu’en dis-tu ?” Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus s’était baissé, et, du doigt, il traçait des traits sur le sol. Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit : “Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter la pierre.” Et il se baissa de nouveau pour tracer des traits sur le sol. Quant à eux, sur cette réponse, ils s’en allaient l’un après l’autre, en commençant par les plus âgés. Jésus resta seul avec la femme en face de lui. Il se redressa et lui demanda : “Femme, où sont-ils donc ? Alors, personne ne t’a condamnée ?” Elle répondit : “Personne, Seigneur.” Et Jésus lui dit : “Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus.”
 
Comble de l’ironie, refuser la mise à mort de la femme, ce serait être contre la loi de Moïse !
Sans doute ses accusateurs ont-ils suffisamment entendu Jésus pour savoir qu’il s’oppose à la mort, même celle d’un pêcheur. Ils sont donc sûrs de le coincer.
Jésus ne cherche pas à minimiser la faute de la femme.
Il pose son regard sur la personne et non sur son péché. Il essaie de comprendre ; il ne juge pas. Il se baisse pour se mettre à son niveau et il se redresse comme pour montrer qu’il veut la relever. Quel est le vrai péché ? N’est-ce pas juger les autres ? Ou pire encore, essayer de les faire tomber ?
Je demande à Jésus la grâce de me laisser regarder tel que je suis, avec mes propres faiblesses ; la grâce de me laisser relever par lui. Qu’il me libère de mes regards accusateurs, du mal qui m’habite. Qu’il m’apprenne à aimer comme lui nous aime.
Fintxt Fintxt  

Vous pouvez déposer un commentaire, une prière ... ici

Lire les paroles déposées ici

Article publié par Equipe Cathocambrai.com • Publié Dimanche 17 mars 2013 • 1274 visites

Haut de page