Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Etre parrain, marraine

 

 

Etre parrain ou marraine !


Qui choisir ?
Pour quel engagement ?

 

On parraine un bateau, un candidat pour son entrée dans une association, on désigne un parrain ou une marraine même s’il n’y a ni baptême, ni projet de baptême, il existe même des parrainages civils, pour « baptêmes » républicains.
Mais être choisi(e) comme parrain ou marraine en vue du baptême chrétien, comment comprendre où cela nous mène ?

 

UNE MARQUE DE CONFIANCE
Si les parents vous ont demandé d’être parrain ou marraine c’est parce qu’ils ont confiance en vous, qu’ils vous estiment et pensent que vous pourrez aider à l’éducation de leur enfant.
L’Eglise aussi vous fait confiance. Elle vous invite à être digne de la confiance que les parents vous font, et elle vous confie une mission importante puisque vous vous engagez pour la vie auprès de votre filleul et, comme pour le souligner encore plus fort, vous signerez le registre.

 

A QUOI SERVENT LES PARRAINS ET MARRAINES ?
« A remplacer les parents en cas de besoin? »
S’il y a eu une époque où les parrains-marraines se tenaient prêts à se substituer aux parents disparus ou défaillants, en toute légalité, ce n’est plus vrai. La tutelle d’orphelin est décidée par un juge. Le tuteur ne sera pas forcément le parrain ou la marraine.

 

PARRAIN MARRAINE, UNE ORIGINALITE CHEZ LES CHRETIENS !
Depuis le début l’Eglise a cette intuition qu’il faut accompagner les enfants, les jeunes et les adultes dans leur démarche de Foi.
Au début de l’Eglise on ne baptisait que des adultes. Ils étaient confiés à un membre de la communauté qui l’aidait dans sa recherche de la Foi à répondre à ses questions, à l’épauler dans les moments plus difficiles.
Aujourd’hui on baptise beaucoup de petits enfants et l’Eglise demande à ce qu’on choisisse un parrain ou une marraine qui pourra aider l’enfant à découvrir la Foi et l’accompagner dans sa vie de croyant mais aussi sa vie d’homme ou de femme.
C’est une mission qui est confiée par l’Eglise aux parrain et marraine !

 

FAUT-IL QUE LE PARRAIN ET LA  MARRAINE SOIENT DES CROYANTS ?
Il n’y a pas de thermomètre pour mesurer la Foi. Et le doute fait partie d’une foi réfléchie.
Le parrain et la marraine sont des partenaires pour les parents, un appui dans l’éducation chrétienne. Ils sont aussi des éducateurs privilégiés, des adultes auxquels l’enfant peut se référer, un interlocuteur, parfois même un modèle.
Il faut donc que le parrain et la marraine aient un minimum de connaissance et d’expérience de la foi chrétienne, c’est pour cela que l’Eglise demande  impérativement qu’ils soient baptisés, qu’ils soient allés au catéchisme, qu’ils aient fait leur première communion, et si possible qu’ils soient confirmés.
On ne peut pas donner ce qu’on n’a pas reçu, et si on veut être honnête avec son enfant et lui donner une chance de découvrir un jour pourquoi il a été baptisé et ce que veut dire être chrétien, il lui faut un parrain et une marraine qui pourront l’ aider dans sa recherche de la Foi.
Accepter d’être  parrain ou marraine, c’est accepter cette mission confiée par l’Eglise . Cette mission est belle et exigeante, mais elle est aussi pour eux la possibilité de vivre des grands moments de partage et de vérité avec leur filleul.
C’est respecter l’enfant que de prendre les moyens d’assumer son rôle de parrain et de marraine

 

TOUT LE MONDE NE PEUT PAS ETRE PARRAIN OU MARRAINE ?
En effet tout le monde ne peut pas être parrain ou marraine. L’Eglise ne ferme jamais la porte à ceux qui désirent vivre cette mission, elle propose toujours différentes possibilités.
Si on n’a pas été baptisé quel que soit l’âge, on peut toujours demander le baptême pour les adultes c’est un temps de cheminement de deux années
Si on a été baptisé mais pas catéchisé, ni fait sa première communion, il est toujours possible de vivre un cheminement pendant un an ou deux en fonction de la demande.
Dans la mesure où on s’engage à vivre l’un ou l’autre cheminement, on peut tout de suite être parrain ou marraine, puisque qu’on prend les moyens, au nom de l’amour  pour le filleul, de vivre la mission confiée par l’Eglise.
C’est parce que nous voulons le meilleur pour votre enfant, mais aussi parce que nous croyons au sérieux de votre demande baptême que l’Eglise pose ces conditions afin que votre enfant soit le mieux accompagné possible dans sa vie d’homme, de femme et de chrétien.

 

 

 

Article publié par Service com • Publié Mardi 04 juin 2013 • 3387 visites

Haut de page