Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Mardi 1er avril

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu. (Proposition du livret "S'il te plaît donne-moi un quart d'heure" )

As-tu soif ?

 

EVANGILE DE JESUS-CHRIST SELON SAINT JEAN 5, 1-16

 

A l’occasion d’une fête des Juifs, Jésus monta à Jérusalem. Or, à Jérusalem, près de la Porte des Brebis, il existe une piscine qu’on appelle en hébreu Bézatha. Elle a cinq colonnades, sous lesquelles étaient couchés une foule de malades : aveugles, boiteux et paralysés. Il y en avait un qui était malade depuis trente-huit ans. Jésus, le voyant couché là, et apprenant qu’il était dans cet état depuis longtemps, lui dit : “Est-ce que tu veux retrouver la santé ?” Le malade lui répondit : “Seigneur, je n’ai personne pour me plonger dans la piscine au moment où l’eau bouillonne ; et pendant que j’y vais, un autre descend avant moi.” Jésus lui dit : “Lève-toi, prends ton brancard, et marche.” Et aussitôt l’homme retrouva la santé. Il prit son brancard : il marchait ! Or, ce jour-là était un jour de sabbat. Les Juifs dirent à cet homme que Jésus avait guéri : “C’est le sabbat ! Tu n’as pas le droit de porter ton brancard.” Il leur répliqua : “Celui qui m’a rendu la santé, c’est lui qui m’a dit : “Prends ton brancard, et marche !” Ils l’interrogèrent : “Quel est l’homme qui t’a dit : “Prends-le, et marche ?” Mais celui qui avait été guéri ne le savait pas ; en effet, Jésus s’était éloigné, car il y avait foule à cet endroit. Plus tard, Jésus le retrouva dans le temple et lui dit : “Te voilà en bonne santé. Ne pèche plus, il pourrait t’arriver pire encore.” L’homme partit annoncer aux Juifs que c’était Jésus qui lui avait rendu la santé. Et les Juifs se mirent à poursuivre Jésus parce qu’il avait fait cela le jour du sabbat.

 

Demande à un ivrogne s’il a soif ! Demander au peuple syrien s’il désire la “salam” ! Cette paix qui est vie, santé et intégrité. Evidemment, tous ont soif de sens, de justice et d’humanité. Et moi, ai-je soif ?

 

Ce paralysé est à sa 38e année d’attente. Il n’attendra pas les quarante ans de l’exode comme le peuple de Dieu avant de trouver sa complète délivrance. Jésus engage le dialogue.

 

Sur la parole du maître : “Lève-toi… et marche”, voici que l’homme entend, comprend, retrouve confiance, obéit. Il a fallu un regard de Jésus, un premier pas, une parole pour que la communication s’établisse et puisse porter du fruit.

 

Je prends le temps d’écouter ce bon Jésus, sa parole me rejoint dans notre vie : “Lève-toi, prends donc les choses en main, marche, va de l’avant.” Jésus est venu pour nous servir.

 

Il vient sans cesse guérir, enseigner à celui qui a soif. Telle est la condition du disciple. Saint Benoît écrit une règle de vie pour ses moines : “Ecoute… tu parviendras”, ce sont les premiers et derniers mots de sa règle. Ai-je vraiment soif d’être disciple ?

Fintxt Fintxt  

Vous pouvez déposer un commentaire, une prière ... ici

Lire les paroles déposées ici

Article publié par Equipe Cathocambrai.com • Publié Mardi 01 avr 2014 - 00h00 • 856 visites

Actualités de l'Eglise

Méditation du Pape Jean-Paul II lors de la veillée baptismale avec les jeunes
Médiation du Pape Jean-Paul II lors de la veillée baptismale avec les jeunes.

Discours de Monsieur Lionel Jospin, Premier Ministre
Discours de Monsieur Lionel Jospin, Premier Ministre.

JMJ 1997 : présentation des Journées mondiales de la Jeunesse, par Mgr Dubost.
JMJ 1997 : Discours d'introduction de Monseigneur Michel Dubost, alors évêque aux Armées.

Documents épiscopat : « Ces églises qui font l’Eglise »
A l’occasion de la sortie de la revue Documents épiscopat : "Ces églises qui font l'église",...

JMJ de Paris : « Cela a donné à l’Église de France une fierté d’être ce qu’elle est »
JMJ de Paris : « Cela a donné à l’Église de France une fierté d’être ce qu’elle est »....

Haut de page