Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Mercredi (4ème Semaine)

Mon Père est toujours à l’œuvre

Évangile de Jésus-Christ selon St Jean 5, I7-2O

 

Après avoir guéri le paralysé un jour de sabbat, Jésus déclara aux Juifs : « Mon Père, jusqu'à maintenant, est toujours à l’œuvre, et moi aussi je suis à l’œuvre. »  C'est pourquoi, de plus en plus, les Juifs cherchaient à le faire mourir, car non seulement il violait le repos du sabbat, mais encore il disait que Dieu était son propre Père, et il se faisait ainsi l'égal de Dieu. Jésus reprit donc la parole. Il leur déclarait : « Amen, amen, je vous le dis : le Fils ne peut rien faire de lui-même, il fait seulement ce qu'il voit faire par le Père ; ce que fait celui-ci, le Fils le fait pareillement.  Car le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu'il fait. Il lui montrera des oeuvres encore plus grandes, si bien que vous serez dans l'étonnement.

 

Le passage qui suit est un enseignement de Jésus. Je le reçois comme un disciple qui se laisse instruire par son maître, sûr, dans la foi, que c'est Jésus qui me parle maintenant. L'une ou l'autre Parole va retentir davantage.

Il faudra la garder, la goûter car elle me réjouit.  Par exemple :"Mon Père, jusqu'à maintenant, est toujours à l’œuvre ..."

C ‘est une parole importante, elle a coûté cher à Jésus :

Il appelait Dieu « Mon Père », cela a été reçu comme un blasphème.

Il disait que son Père et lui aussi étaient à l’œuvre même le sabbat ce qui n'était pas admis par les juifs. « De plus en plus, ils cherchaient à le faire mourir ».

Avec Jésus, je peux, merveilleusement appeler Dieu « Mon Père » ... et ensuite chercher comment le trouver à l’œuvre dans le monde, chez les autres, en moi-même.

Acquiescer à cette oeuvre de Dieu au service de laquelle je désire me mettre tout entier.

 

 

Prière d’Abandon

 

Mon Père,

Je m’abandonne à Toi

Fais de moi ce qu’il te plaira,

 

Quoi que tu fasses de moi,

Je te remercie,

Je suis prêt à tout, j’accepte tout.

 

Pourvu que ta volonté se fasse en moi,

Et en toutes tes créatures,

Je ne désire rien d’autre, mon Dieu.

 

Je remets mon âme entre tes mains,

Je te la donne, mon Dieu,

Avec tout l’amour de mon cœur,

Parce que je t’aime,

Et que ce m’est un besoin d’amour de me donner,

De me remettre entre tes mains sans mesure,

Avec une infinie confiance,

Car tu es mon Père.

 

                                           Charles de Foucauld

Article publié par Site Catéchèse • Publié Samedi 05 mars 2005 - 14h33 • 1631 visites

Haut de page