Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

La vitalité du XIXème siècle

 

Louis Belmas Louis Belmas  Louis Belmas demeura dans ses fonctions jusqu'en 1841. Entre-temps, le Pape Pie VII avait rendu au diocèse en août 1817 son ancien rang de métropole, et le pape Grégoire XVI, élu en 1831, avait ratifié la dignité et les prérogatives de l'archevêché, avec l'évêché d'Arras pour suffragant.

 

A Louis Belmas, succéda Pierre Giraud (1841-1850),

 

Mgr Pierre Giraud, qui s'illustra notamment par l'édition d'un catéchisme et par l'attention qu'il porta au suivi des études dans les collèges libres et les séminaires. Il devint cardinal en 1847, et c'est un autre cardinal qui lui succéda en 1850, René François Régnier, (1850-1881).

 

En 1863, le Diocèse fut partagé en quatre archidiaconés : Cambrai avec les arrondissements de Cambrai et de Douai), Lille (avec l'arrondissement de Lille), Dunkerque, (avec les arrondissements de Dunkerque et d'Hazebrouck) Valenciennes (avec les arrondissements de Valenciennes et Avesnes sur Helpe).

 

C'est sous l'épiscopat de Odon Thibaudier (1889-1892) qu'eurent lieu les dramatiques événements de Fourmies du 1-5-1891, liés à la condition ouvrière de cette époque, et à sa mort en janvier 1892, le siège devint vacant, en raison sans doute de ses prises de position dans ce douloureux conflit. C'est sur injonction du pape Léon XIII, auteur de l'encyclique sociale « Rerum novarum », que Mgr Sonnois, considéré comme républicain libéral, finit par accepter le poste où il s'installa en mars 1893. Mais, lui aussi, allait avoir à connaître d'autres problèmes, cette fois entre l'Eglise et l'Etat, qui s'accentuèrent vers la fin du XIXe siècle, engendrèrent de nombreux conflits (tels que ceux par exemple afférents aux processions, progressivement interdites par certaines municipalités) et aboutirent finalement à la loi de séparation de 1905, avec toutes ses conséquences (expulsion des séminaristes, confiscation des fondations et autres biens, inventaire du mobilier des églises, etc ...). L'archevêque, très affecté par les événements qui frappèrent son Diocèse, fut atteint subitement d'amnésie en 1906, et ne s'en remit jamais. Il mourut en 1913.

 

 

 

Article publié par Michel Dussart • Publié Mardi 14 mars 2006 • 3534 visites

Haut de page