Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

S'il te plaît... samedi 23 février

Cet homme fait bon accueil aux pécheurs

le Samedi 23 fév 2008

" Réjouissez-vous... "

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 15, 1... 32

 

 

 

le bon berger le bon berger   Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l'écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : " Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! "  Alors Jésus leur dit cette parabole : " Si l'un de vous a cent brebis et en perd une, ne laisse-t-il pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu'à ce qu'il la retrouve ? Quand il l'a retrouvée, tout joyeux, il la prend sur ses épaules, et, de retour chez lui, il réunit ses amis et ses voisins ; il leur dit : 'Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé ma brebis, celle qui était perdue !' Je vous le dis : C'est ainsi qu'il y aura de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se convertit, plus que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont pas besoin de conversion.  Ou encore, si une femme a dix pièces d'argent et en perd une, ne va-t-elle pas allumer une lampe, balayer la maison, et chercher avec soin jusqu'à ce qu'elle la retrouve ? Quand elle l'a retrouvée, elle réunit ses amies et ses voisines et leur dit : 'Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé la pièce d'argent que j'avais perdue !' De même, je vous le dis : Il y a de la joie chez les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se convertit. "

 

 

 

Bien comprendre à qui Jésus adresse ces paraboles proposées aujourd'hui :le bon berger 2 le bon berger 2   certains viennent à Jésus pour l'écouter ; ce sont les publicains et les pécheurs ; d'autres murmurent et lui reprochent de manger avec ces 'gens de rien' ! ce sont les pharisiens et les scribes à qui Jésus répond.

 

Deux paraboles qui disent le cœur de Dieu. Quand quelqu'un se détourne de lui c'est comme si Dieu  l'avait 'perdu'. Alors il part à sa recherche 'jusqu'à ce qu'il l'ait trouvé', et il invite chacun à se réjouir avec lui. Contempler cette sollicitude sans mesure et me réjouir avec Dieu !

 

Il est possible que l'un ou l'autre événement de ma vie me revienne en mémoire ? Accueil d'un enfant, pardon à un ami... Laisser parler mon cœur.

 

A travers l'image du berger et de la ménagère qui cherche avec soin, nous découvrons que le cœur de Dieu  est tout autant paternel que  maternel.

 

Aujourd'hui, qu'ai-je envie d'exprimer à mon Dieu, si grand et si proche ?

 

Article publié par Maison du Diocèse (1) • Publié Vendredi 01 février 2008 • 3608 visites

Haut de page