Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

23 mars 2011

Bel enthousiasme
Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 20, 17-28
23mars stp2011 23mars stp2011   Au moment de monter à Jérusalem, Jésus prit à part les Douze et, pendant la route, il leur dit : “Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l’homme sera livré aux chefs des prêtres et aux scribes, ils le condamneront à mort et le livreront aux païens pour qu’ils se moquent de lui, le flagellent et le crucifient, et, le troisième jour, il ressuscitera.” Alors, la mère de Jacques et de Jean, fils de Zébédée, s’approcha de Jésus avec ses fils et se prosterna pour lui faire une demande. Jésus lui dit : “Que veux-tu ?” Elle répondit : “Voilà mes deux fils : ordonne qu’ils siègent, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ton Royaume.” Jésus répondit : “Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire à la coupe que je vais boire ?” Ils lui dirent : “Nous le pouvons.” Il leur dit : “Ma coupe, vous y boirez ; quant à siéger à ma droite et à ma gauche, il ne m’appartient pas de l’accorder ; il y a ceux pour qui ces places sont préparées par mon Père.” Les dix autres avaient entendu, et s’indignèrent contre les deux frères. Jésus les appela et leur dit : “Vous le savez : les chefs des nations païennes commandent en maîtres, et les grands font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi : celui qui veut devenir grand sera votre serviteur ; et celui qui veut être le premier sera votre esclave. Ainsi, le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude.”
 
C’est la troisième annonce de la Passion, Jacques et Jean sont là, accompagnés de leur mère, pour une demande étonnante : qu’ils puissent siéger à droite et à gauche de Jésus dans le Royaume. Là encore, Jésus reste à la juste place : “Il ne m’appartient pas de l’accorder.”
Je prends le temps de contempler cette scène, les personnages, les paroles échangées.
“Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire à la coupe que je vais boire ?”
“Nous le pouvons…” “Vous y boirez…” Jésus accueille cette demande, aussi ambiguë soit-elle. Il entend leur désir le plus profond à le suivre jusqu’au bout. Heureux enthousiasme des engagements pris à des heures décisives et qui aident à durer et à tenir dans les désillusions de notre existence. Jésus ne cache pas où cela va l’entraîner lui-même et eux avec lui : “Boire à la coupe…”

Lorsque je communie au Corps du Christ, je m’engage à livrer ma vie jusqu’au bout, à boire à la coupe avec lui.

Fintxt Fintxt  

 

Vous pouvez déposer un commentaire, une prière ... ici

Lire les paroles déposées ici

Article publié par Equipe Cathocambrai.com • Publié Mercredi 23 mars 2011 - 00h00 • 1395 visites

Haut de page