retour  Espace prière -  Église Catholique -  Diocèse de Cambrai
account_circle

26 mars 2011

Appel à la miséricorde
Evangile de Jésus-Christ selon saint Luc 15, 1-3.11-27a
26mars stp2011 26mars stp2011   Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : “Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux !” Alors, Jésus leur dit cette parabole : “Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : “Père, donne-moi la part d’héritage qui me revient.” Et le père fit le partage de ses biens. Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu’il avait, et partit pour un pays lointain où il gaspilla sa fortune en menant une vie de désordre. Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans cette région, et il commença à se trouver dans la misère. Il alla s’embaucher chez un homme du pays qui l’envoya dans ses champs garder les porcs. Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien. Alors, il réfléchit : “Tant d’ouvriers chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je vais retourner chez mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d’être appelé ton fils. Prends-moi comme l’un de tes ouvriers.” Il partit donc pour aller chez son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de pitié ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. Le fils lui dit : “Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d’être appelé ton fils…” Mais le père dit à ses domestiques : “Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller. Mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds. Allez chercher le veau gras, tuez-le ; mangeons et festoyons. Car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.” Et ils commencèrent la fête. Le fils aîné était aux champs. A son retour, quand il fut près de la maison, il entendit la musique et les danses. Appelant un des domestiques, il demanda ce qui se passait. Celui-ci répondit : “C’est ton frère qui est de retour.”
 
“Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter.” Ecoutons Jésus raconter la parabole que nous connaissons déjà bien. Regardons les attitudes des trois personnes.
“Un homme avait deux fils… Le plus jeune dit : donne-moi la part d’héritage qui me revient.” Le père, sans discuter, fait le partage de ses biens ; c’est surprenant ! et le fils aîné ne dit rien non plus, ne raisonne pas son jeune frère.
Le plus jeune partit pour un pays lointain. Les jours passant, le fils aîné ne part pas à la recherche de son frère pour soulager la douleur de son père. Il reste dans son univers, avec ses occupations.
Depuis le seuil de sa maison, le père guette l’horizon, pendant des jours et des jours sans se décourager.
Et un jour, de loin, le père aperçoit la silhouette de son fils… Au-delà de toute logique, il court… et c’est la fête : “Ton frère est de retour…”
Elle est juste cette remarque des pharisiens : “Cet homme fait bon accueil aux pécheurs.” Cette miséricorde infinie de Jésus, il la puise dans la miséricorde infinie de son Père.

Ma prière d’aujourd’hui, avec ce texte : regarder toute ma vie enveloppée dans la miséricorde de Dieu et à entendre l’appel à faire miséricorde.

Fintxt Fintxt  

Vous pouvez déposer un commentaire, une prière ... ici

Lire les paroles déposées ici

Article publié par Equipe Cathocambrai.com • Publié le Samedi 26 mars 2011 - 00h00 • 1908 visites

keyboard_arrow_up