Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

15 mars 2011

Votre Père sait
Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 6, 7-15
15mars stp2011 15mars stp2011   Comme les disciples étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : “Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin avant même que vous l’ayez demandé. Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié. Que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Remets-nous nos dettes, comme nous les avons remises nous-mêmes à ceux qui nous devaient. Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Mal. Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, à vous non plus votre Père ne pardonnera pas vos fautes.”
 
“Pour prier, ne rabâchez pas.” On peut facilement tomber dans ce piège si le coeur n’y est pas ; ma prière n’est pas toujours vraiment chrétienne. La prière de Jésus m’apprend à désirer le règne de Dieu et m’enracine dans la confiance, la miséricorde, le pardon. Le “Notre Père” est une école de vie. Le Père sait mes besoins et mes attentes.
Quand je prie, je me mets avant tout à son écoute car Il vient prier en moi. Pour cela, mon coeur doit se faire accueillant et disponible. Mes premiers mots sont pour lui dire merci, le louer et m’émerveiller de sa présence, de son Royaume tout proche. Puis je reconnais que j’ai besoin de Lui, et que sans Lui, je ne suis rien. Je sais qu’il me donne ce qu’il me faut aujourd’hui. J’accueille son regard bienveillant, qui me rend plus fort pour changer mon propre regard et oser m’engager sur la voie du pardon. Enfin, dans une attitude d’offrande, je laisse monter toutes les intentions que je porte, celles de l’Eglise et du monde.

Le Père entend la prière confiante de ses enfants. Le coeur en paix, je répète sans fin : “Père… notre Père…”

Fintxt Fintxt  

Vous pouvez déposer un commentaire, une prière ...

 ici

 

 

Article publié par Equipe Cathocambrai.com • Publié Lundi 14 mars 2011 • 1595 visites

Haut de page