retour  Espace prière -  Église Catholique -  Diocèse de Cambrai
account_circle

18 avril 2011

Suivre Jésus de plus près
Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 12, 1-11
stp 2011 18avril stp 2011 18avril  Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, celui qu’il avait ressuscité d’entre les morts. On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était avec Jésus parmi les convives. Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur ; elle versa le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux ; la maison fut remplie par l’odeur du parfum. Judas Iscariote, l’un des disciples, celui qui allait le livrer, dit alors : “Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données à des pauvres ?” Il parla ainsi, non parce qu’il se préoccupait des pauvres, mais parce que c’était un voleur : comme il tenait la bourse commune, il prenait pour lui ce que l’on y mettait. Jésus lui dit : “Laisse-la ! Il fallait qu’elle garde ce parfum pour le jour de mon ensevelissement. Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours.” Or, une grande foule de Juifs apprit que Jésus était là, et ils arrivèrent, non seulement à cause de Jésus, mais aussi pour voir ce Lazare qu’il avait ressuscité d’entre les morts. Les chefs des prêtres décidèrent alors de faire mourir aussi Lazare, parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui, s’en allaient, et croyaient en Jésus.
 
Je lis et je relis tout ce passage, attentif à chaque détail. Quelle succession de scènes et quels contrastes ! J’accompagne Jésus en chaque événement, j’essaie de communier aux sentiments qui l’habitent :
– Bonheur immense de voir Lazare vivant, signe de la Résurrection déjà annoncée.
– Emotion de sentir la douceur et l’amour de Marie dont le parfum remplit la maison.
– Chagrin devant Judas inaccessible, enfermé dans ses calculs et pourtant, patiente réponse de Jésus qui annonce le mystère de la mort vaincue.
– Joie et déception devant la foule des Juifs, plus avides de sensationnel que d’ouverture au vrai message.
– Infinie tristesse et peut-être frémissement d’horreur en devinant les intentions mortifères des chefs des prêtres.

Ma prière sera d’être avec lui et de “sentir” les événements comme lui.

Fintxt Fintxt  

Vous pouvez déposer un commentaire, une prière ... ici

Lire les paroles déposées ici

Article publié par Equipe Cathocambrai.com • Publié le Lundi 18 avril 2011 - 00h00 • 1978 visites

keyboard_arrow_up