retour  Vie du diocèse -  Église Catholique -  Diocèse de Cambrai
account_circle

Quatre diacres permanents ordonnés ce samedi après-midi à Saint-Amand-les-Eaux

Emmanuel Creusé, Géry Dufernez, Jean Malaquin et Jean-Claude Maréchal ordonnés diacres permanents par Monseigneur Dollmann ce samedi 19 novembre à l'église Saint-Martin.

Un an après sa réouverture et la consécration du nouvel autel, l’église Saint-Martin de Saint-Amand-les-Eaux a vécu un nouvel événement majeur ce samedi 19 novembre. Emmanuel Creusé, Géry Dufernez, Jean Malaquin et Jean-Claude Maréchal ont été ordonnés diacres permanents.  
L’abbé Jean Carnelet, curé des trois paroisses de l’Amandinois (Saint-Amand, Saint-Eloi et Sainte-Odile), a souhaité la bienvenue à chacun, après la procession et le chant d’entrée : « C’est une joie et une fierté d’accueillir cet événement diocésain dans cette belle église. Ces ordinations viennent nous redire que le Seigneur appelle sans cesse des ouvriers à sa moisson et il a été entendu. »  
Chaque ordinand a ensuite été appelé un par un par le diacre, Philippe Moreel, et le vicaire général, le père Christophe Decherf, avant une présentation concise de leur équipe d’accompagnement respective pour dire leur aptitude à cet appel.

La croix, symbole de l’humilité et de l’acceptation de notre pauvreté

Durant son homélie, l’archevêque de Cambrai, Monseigneur Dollmann, entouré de nombreux prêtres et diacres du diocèse, s’est appuyé sur l’Evangile de Jean (15,16) et sur ce passage de l’envoi des disciples : « Cette assurance de la fécondité de leur vie, Jésus l’assure à ses apôtres la veille de sa mort en croix, a-t-il indiqué. Notre vie et notre mission de disciples du Christ auront toujours à demeurer dans la logique de la croix. »

Cette croix, symbole de l’humilité et de l’acceptation de notre pauvreté, qui nous invite à porter un regard lucide sur le monde, sur notre vie. « A côté de la beauté et du bien, il y a également la souffrance et le mal. Ce sont toutes ces croix de l’injustice, de la souffrance et de la mort que Jésus a prises sur lui », a poursuivi l’archevêque. Cette croix, Jésus l’a accueillie librement par amour pour l’humanité, « la seule clef pour une vie tournée vers la joie parfaite promise par Jésus. Et le diacre doit pouvoir humblement en témoigner. Le mot diacre, serviteur indique d’abord un lien d’appartenance : un serviteur dépend d’un maître (…) Le diacre, par le témoignage d’une vie reçue entièrement de Dieu invite au décentrement de nous-mêmes pour laisser l’amour de Dieu et du prochain prendre la place dans nos vies comme Jésus l’a commandé lui-même à ses apôtres : Aimez-vous comme je vous ai aimés (Jn 15,12). »

Un fruit précieux qui demeure à jamais

La croix nous emmène aussi sur le chemin du service concret et quotidien, où le diacre est appelé à maintenir les membres de l’Eglise, laïcs et religieux, prêtres et évêques. Monseigneur Dollmann a remercié chaque ordinand d’accueillir cette grâce pour signifier le Christ serviteur dans l’Eglise et le monde. « Il en va du fruit précieux qui demeure à jamais, le salut que le Christ a porté au monde par le don de son amour. » Un message d’envoi pour Emmanuel, Géry, Jean et Jean-Claude dans leur nouvelle mission. 


Texte et photos : Samuel Petit

Article publié par Service communication • Publié le Samedi 19 novembre 2022 • 1106 visites

keyboard_arrow_up