retour  Espace prière -  Église Catholique -  Diocèse de Cambrai
account_circle

Lundi 2 mars

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu.
(Proposition du livret S'il te plaît donne-moi un quart d'heure )

Fais que j'entende, Seigneur,
tous mes frères qui crient vers toi

MATTHIEU 25,31-46

semaine 1 2 lundi semaine 1 2 lundi  

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Quand le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, alors il siégera sur son trône de gloire. Toutes les nations seront rassemblées devant lui ; il séparera les hommes les uns des autres, comme le berger sépare les brebis des boucs : il placera les brebis à sa droite, et les boucs à gauche. Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : “Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la fondation du monde. Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais nu, et vous m’avez habillé ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi !” Alors les justes lui répondront : “Seigneur, quand est-ce que nous t’avons vu… ? tu avais donc faim, et nous t’avons nourri ? tu avais soif, et nous t’avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t’avons accueilli ? tu étais nu, et nous t’avons habillé ? tu étais malade ou en prison… Quand sommes-nous venus jusqu’à toi ?” Et le Roi leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait.” Alors il dira à ceux qui seront à sa gauche : “Allez-vous-en loin de moi, vous les maudits, dans le feu éternel préparé pour le diable et ses anges. Car j’avais faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’avais soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais un étranger, et vous ne m’avez pas accueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas habillé ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.” Alors ils répondront, eux aussi : “Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, avoir soif, être nu, étranger, malade ou en prison, sans nous mettre à ton service ?” Il leur répondra : “Amen, je vous le dis : chaque fois que vous ne l’avez pas fait à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.” Et ils s’en iront, ceux-ci au châtiment éternel, et les justes, à la vie éternelle. »

 

Ce texte, nos bibles l’intitulent : «Le jugement dernier».
Comment accueillir ce texte sans crainte, mais simplement comme un appel pressant du cœur de notre Dieu pour vivre la fraternité ?
Oui, il semble bien exigeant et pourtant ne nous invite-t-il pas à répondre avec un cœur ouvert aux appels de nos frères en humanité ?
La Bible dit aussi : « Ne te détourne pas de ton frère » (Isaïe 58,7).
Voilà le chemin proposé par Jésus pour entrer dans le Royaume de Dieu.
Les appels ne manquent pas. Des frères et sœurs, qui attendent un geste d’amitié, sont très nombreux dans nos lieux de vie.
Comment nous, baptisés, en ce temps donné par l’Église, pouvons-nous transmettre l’amour du Père à ses enfants ?
Sainte Thérèse l’avait compris quand elle disait : «Ma vocation c’est l’amour.»

__

Seigneur, ouvre mes yeux.
Guéris-moi, je veux te voir.
Ouvre mes mains qui se ferment
pour tout garder.

 

Article publié par Service com • Publié le Lundi 02 mars 2020 • 1631 visites

keyboard_arrow_up