retour  Libre parole -  Église Catholique -  Diocèse de Cambrai
account_circle

Témoignage: Un être rare, un ami précieux

Les années passent et il me surprend toujours davantage. Qui est-il ? Haut fonctionnaire honoraire et exemplaire, célibataire et sans enfant,

septuagénaire, il dit être en recherche de Dieu qu'il connaît par l'intelligence, un peu moins par le coeur car il bute devant la résurrection de « la personne de Jésus-Christ ». Allons plus avant : il possède 54 (!) bibles, une dizaine de missels,
lit quotidiennement "Magnificat" et "Parole et prière ", mais il ne va pas à la messe, pas même pour les grandes fêtes religieuses de l’année. Suite à de graves opérations, il n’aime pas trop la foule. 

Dans son appartement valenciennois, des milliers de livres, dont plusieurs de spiritualité avec leurs maîtres en tous genres, de toutes les confessions et traditions religieuses et d’auteurs très divers.

Sa journée « type » est rythmée avec une précision d'horloger : lever, méditation du bréviaire, lecture de la presse locale -qu’il offre à sa voisine d’immeuble- puis de livres neufs (achetés récemment), parfois numérotés -il pousse la finesse jusque-là car les livres sont ses vrais amis- déjeuner chez sa sœur, (petite) sieste, re-lecture, course, dîner. 

Pas de sport, peu de télévision et peu de loisirs, excepté le plaisir avoué de se rendre au « Furet du Nord ». Pour la bonne année, rite immuable, il n’a pas manqué d’offrir une boîte de chocolats à ses employés. 

En quête de Dieu -il ne quitte jamais une croix d’olivier qu’il ne porte pas autour du cou mais dans sa poche, tutoyant Saint Albert sur un porte-clés- regrettant ne pas être pris aux tripes -« je ne ressens pas d’émotion et cela me préoccupe » - lorsqu'il voit l'agir d'une célébration (il assiste toujours aux funérailles d'amis ou ex-collègues de travail), il n'adhère à aucun mouvement ni association. Rejoindre un groupe, faire une retraite spirituelle, participer à la vie de la paroisse, s’inscrire à l’antenne locale de théologie : "Je sèmerai le doute, je n'y tiens pas" dit-il étrangement. Il apprécie tel prêtre rencontré lors de funérailles qu'il n'hésite pas à appeler;
il a rendu visite à tel autre, centenaire mort récemment, pour lui dire qu'il le connut comme jeune vicaire dans ce Douai où il grandit. Et il a offert un cadeau à Marie-Thérèse, son aide au prêtre. Il est mon ami. Mais il m'est surtout un grand mystère !

Hypocondriaque, il songe souvent à son dernier envol. Mais il pense d'abord et toujours aux autres, même s'il ne s'en fait pas le compagnon de route. Je me suis souvent demandé : et si l'Eglise osait l'appeler comme prêtre, malgré la tardiveté ? Répondrait-il par la négative ? Rétorquerait-il, à nouveau et tout de go : "Je sèmerai le doute, je n'y tiens pas ». Pas si sûr ! Lui, le "tourmenté" comme il se qualifie, aurait beaucoup à nous apprendre. Peu familier des technologies nouvelles -il a tout de même une Liseuse !-, tordant le cou à la bien-pensance et à tous les bo-bos de notre temps, il fait du bien car il est homme de bien. 

Il ne peut en être autrement : Celui qu’il cherche avec sincérité et passion, il l’a déjà trouvé ! Son prénom ? Jean-Paul. Je vous devine penser aux deux papes qui le portèrent. Le concernant, il a un faible pour Benoît XVI. Ce témoignage l’embarrassera sûrement … mais que Jean-Paul soit remercié de nous aider à regarder de tous les côtés qui se présentent à nous … sans a priori, en accueillant le tout-venant.

 

Ph. Courcier

 

Article publié par Service communication • Publié le Mardi 25 janvier 2022 - 15h32 • 606 visites

keyboard_arrow_up