Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Vendredi 7 avril

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu.
(Proposition du livret S'il te plaît donne-moi un quart d'heure )

Jésus, mon frère

JEAN 10,31-42

 

DSCN1416 DSCN1416  En ce temps-là, De nouveau, des Juifs prirent des pierres pour lapider Jésus. Celui-ci reprit la parole : « J’ai multiplié sous vos yeux les œuvres bonnes qui viennent du Père. Pour laquelle de ces œuvres voulez-vous me lapider ? » Ils lui répondirent : « Ce n’est pas pour une œuvre bonne que nous voulons te lapider, mais c’est pour un blasphème : tu n’es qu’un homme, et tu te fais Dieu. » Jésus leur répliqua : « N’est-il pas écrit dans votre Loi : J’ai dit : Vous êtes des dieux ? Elle les appelle donc des dieux, ceux à qui la parole de Dieu s’adressait, et l’Écriture ne peut pas être abolie. Or, celui que le Père a consacré et envoyé dans le monde, vous lui dites : “Tu blasphèmes”, parce que j’ai dit : “Je suis le Fils de Dieu”. Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, continuez à ne pas me croire. Mais si je les fais, même si vous ne me croyez pas, croyez les œuvres. Ainsi vous reconnaîtrez, et de plus en plus, que le Père est en moi, et moi dans le Père. » Eux cherchaient de nouveau à l’arrêter, mais il échappa à leurs mains. Il repartit de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où, au début, Jean baptisait ; et il y demeura. Beaucoup vinrent à lui en déclarant : « Jean n’a pas accompli de signe ; mais tout ce que Jean a dit de celui-ci était vrai. » Et là, beaucoup crurent en lui.

 

Aucun doute : Jésus s‘abandonne à son Père. Il poursuit sa route, au risque de se faire lapider.

 

J’entre dans la scène.

Je vois des juifs des pierres à la main… ils sont aveuglés. Même s’ils ne nient pas les œuvres bonnes accomplies par Jésus, ils refusent de le reconnaître comme le Fils. Ce qu’ils n’entendent pas est pourtant bien écrit dans la loi : ils sont aussi des fils et donc des frères de ce Jésus, Fils de Dieu.

Je vois Jésus confiant, faisant face à ses détracteurs. Il ne craint rien, ne cherche à tirer aucune gloire personnelle mais travaille humblement à la vigne de son Père. Ils ne font qu’un : le Père est en lui, et lui dans le Père.

Je vois les juifs qui restent sourds à cette révélation, incapables de reconnaitre et de confesser Jésus comme Fils de Dieu, mais capables de meurtre.

 

D’autres choisissent d’emprunter le chemin ouvert par Jésus. Ils osent avec lui : ils croient.

 

Et moi, dans quel camp est-ce que je me situe ? Quelle audace me porte pour oser dire ma foi ?

 

Fintxt4 Fintxt4  

Article publié par Service com • Publié Vendredi 07 avril 2017 • 85 visites

Le temps de l'Eglise

Lectures du jour :

> Avec Messe Infos

Actualités de l'Eglise

Vermeer catholique ?
L’exposition parisienne pour laquelle on ne fait qu’une heure de queue à condition d’avoir...

Le Patriarche œcuménique Bartholoméos à Taizé
Le patriarche Bartholoméos de Constantinople s’est rendu à Taizé dans la communauté...

Commentaires du dimanche 30 avril
23 avril 2017, 2éme dimanche de Pâques, commentaires des lectures bibliques, Marie-Noëlle...

L’accord de Paris sur le climat : de la COP 21 à la COP 22 à Marrakech
L’Accord de Paris de décembre 2015 de lutte mondiale contre le changement climatique a été...

Homélie du dimanche 30 avril
Troisième dimanche de Pâques

Haut de page