Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Mardi 23 février

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu.
(Proposition du livret S'il te plaît donne-moi un quart d'heure )

Alors, quoi ?

 

ÉVANGILE DE JÉSUS-CHRIST SELON SAINT MATTHIEU 23, 1-12

0223 STP16 0223 STP16  Jésus déclarait à la foule et à ses disciples : “Les scribes et les phari­siens enseignent dans la chaire de Moïse. Pratiquez donc et obser­vez tout ce qu’ils peuvent vous dire. Mais n’agissez pas d’après leurs actes, car ils disent et ne font pas. Ils lient de pesants fardeaux et en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt. Ils agissent toujours pour être remarqués des hommes : ils portent sur eux des phylactères très larges et des franges très longues ; ils aiment les places d’honneur dans les repas, les pre­miers rangs dans les synagogues, les salutations sur les places pu­bliques, ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi. Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n’avez qu’un seul enseignant, et vous êtes tous frères. Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n’avez qu’un seul Père, celui qui est aux cieux. Ne vous faites pas non plus appeler maîtres, car vous n’avez qu’un seul maître, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé.”

 

À bien regarder, nous voyons autour de nous des gens qui aiment le pouvoir, l’argent, la puissance, être “à la une” pour être connu. Il y a aussi les violettes, on ne les voit pas bien, mais elles exhalent leur parfum.

Ils nous jouent bien souvent la comédie tous ces grands : moins ils savent faire grandir leurs frères, plus ils s’imposent. Certains font profession d’humilité en se disant “serviteur”, mais gare à qui leur enlèvera leur service, ils font alors sentir qu’ils sont indispensables !

La parole de ce jour confesse “nous n’avons qu’un seul Père, qu’un seul maître...”.

Je prends le temps de relire l’évangile, de peser chacun des mots, de goûter que seul Dieu est un absolu, que rien ne peut lui être comparé. Je peux lui dire qu’il est tout pour moi, même si ce n’est pas tout à fait vrai. Alors, après, je pourrai humer les violettes et reconnaître en elles – c’est-à-dire en chacun de mes frères ou des personnes rencontrées – un ami, un maître, un autre Christ.

 

Fintxt Fintxt  

Article publié par Service com • Publié Mardi 23 février 2016 - 00h01 • 429 visites

Actualités de l'Eglise

« Pour que vive le livre » déclaration de Mgr Bernard Ginoux
À L’OCCASION DU SALON DU LIVRE 2017, DÉCLARATION DE L’INSTANCE LIVRE Tandis que s’ouvre le...

Plus d’audience pour les acteurs de l’Église en périphérie
En pleine campagne électorale, grâce aux équipes de Pèlerin et du réseau RCF, Radio...

Le Synode 2018 sur les jeunes et la foi est lancé
Mgr Denis MOUTEL, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier et le P. Joao CHAGAS, responsable de la...

RDC, le témoignage alarmant de Mgr Muyengo
Mgr Sébastien Muyengo, évêque d’Uvira (République Démocratique du Congo). Evêque...

« Petit pays » de Gaël Faye (éd.Grasset), Prix Goncourt des Lycéens 2016
Fiche de l’Observatoire Foi et Culture (OFC 2017, n° 13) sur le premier roman du musicien...

Haut de page