Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Samedi 20 février

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu.
(Proposition du livret S'il te plaît donne-moi un quart d'heure )

Être fille et fils

 

ÉVANGILE DE JÉSUS-CHRIST SELON SAINT MATTHIEU 5, 43-48

Comme les disciples étaient rassemblés autour de Jésus, sur la mon­tagne, il leur disait : “Vous avez appris qu’il a été dit : tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien moi, je vous dis : aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait.”

 

Le passage de l’Évangile de ce jour se situe à la suite de celui présenté hier. Entre ces deux textes, Jésus continue d’inviter ses disciples, et nous aujourd’hui, à surpasser la justice des hommes.

Je prends le temps de lire à la suite le texte d’hier et celui-ci. Qu’est-ce que je reçois ? Quelle invitation particulière Jésus me fait aujourd’hui ? “Aimez vos ennemis, priez pour ceux qui vous persécutent...” C’est le cœur de la foi.

Beaucoup d’hommes et de femmes prennent ce chemin d’amour. C’est pour certains de nos contemporains une source d’incompréhension et de révolte.

Je m’arrête au dernier verset : “Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait.” Tout est là ! Je reçois cette Parole, je goûte cette invitation à tendre vers un chemin plus parfait dans l’amour des ennemis, des persécuteurs, etc. J’en demande la grâce au Seigneur.

Je fais mienne la prière de saint François.

 

Prière de saint François

 

Seigneur, fais de moi

un instrument de ta paix.

 

Là où est la haine, que je mette l’amour.

Là où est l’offense, que je mette le pardon.

Là où est la discorde, que je mette l’union.

Là où est l’erreur, que je mette la vérité.

Là où est le doute, que je mette la foi.

Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.

Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.

Là où est la tristesse, que je mette la joie.

Ô Seigneur, que je ne cherche pas tant

à être consolé qu’à consoler,

à être compris qu’à comprendre,

à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant que l’on reçoit,

c’est en s’oubliant qu’on se retrouve soi-même,

c’est en pardonnant que l’on obtient le pardon,

c’est en mourant que l’on ressuscite à la vie.

 

 

Fintxt Fintxt  

Article publié par Equipe Cathocambrai.com • Publié Samedi 20 février 2016 - 00h00 • 495 visites

Haut de page