Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Mercredi 24 février

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu.
(Proposition du livret S'il te plaît donne-moi un quart d'heure )

Élance-toi !

 

ÉVANGILE DE JÉSUS-CHRIST SELON SAINT MATTHIEU 20, 17-28

Au moment de monter à Jérusalem, Jésus prit à part les Douze et, pendant la route, il leur dit : “Voici que nous montons à Jérusalem. Le Fils de l’homme sera livré aux chefs des prêtres et aux scribes, ils le condamneront à mort et le livreront aux païens pour qu’ils se moquent de lui, le flagellent et le crucifient, et, le troisième jour, il ressuscitera.” Alors, la mère de Jacques et de Jean, fils de Zébédée, s’approcha de Jésus avec ses fils et se prosterna pour lui faire une demande. Jésus lui dit : “Que veux-tu ?” Elle répondit : “Voilà mes deux fils : ordonne qu’ils siègent, l’un à ta droite et l’autre à ta gauche, dans ton royaume.” Jésus répondit : “Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire à la coupe que je vais boire ?” Ils lui dirent : “Nous le pouvons.” Il leur dit : “Ma coupe, vous y boirez ; quant à siéger à ma droite et à ma gauche, il ne m’appartient pas de l’accorder ; il y a ceux pour qui ces places sont préparées par mon Père.

Les dix autres avaient entendu, et s’indignèrent contre les deux frères. Jésus les appela et leur dit : “Vous le savez : les chefs des nations païennes commandent en maîtres, et les grands font sentir leur pouvoir. Parmi vous, il ne doit pas en être ainsi : celui qui veut devenir grand sera votre serviteur ; et celui qui veut être le premier sera votre esclave. Ainsi, le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour la multitude.”

 

Voici une mère audacieuse, aimante. Je prends le temps de la regarder. Je perçois ses intentions, son amour de mère. Cela peut me faire penser aussi à des personnes connues. J’en profite pour mieux comprendre cette mère.

Les esprits grincheux (nous le sommes toujours un peu, n’est-ce pas ?) diront : “Quel toupet, quand même ! Il n’y a que ses fils qui existent au monde !” Remarquez bien : l’Évangile n’est jamais moralisant et Jésus ne lui fait pas de leçon de morale. En bon pédagogue, il repart de son intention : “Prendre place dans le royaume” et stimule une générosité encore plus grande : “Pouvez-vous boire la coupe ?”

Jésus ne casse pas la mère, mais il montre à tous que la vie éternelle (la vie de la vie) passe par la recherche d’un but élevé, et l’acceptation de l’épreuve dans la communion aux souffrances du Christ. Cela peut retenir en arrière, mais cela peut aussi nous stimuler à larguer les amarres : alors, on s’élance ?

 

Fintxt Fintxt  

Article publié par Service com • Publié Mercredi 24 février 2016 - 00h01 • 432 visites

Le temps de l'Eglise

Lectures du jour :

> Avec Messe Infos

Actualités de l'Eglise

Sortie de l’ouvrage : « Protection, délivrance, guérison »
A l’occasion de la publication prochaine par les éditions Mame du livre intitulé : Protection,...

Le Père Vincent Siret nommé recteur du Séminaire pontifical français de Rome
Le Père Vincent Siret, nommé recteur du Séminaire pontifical français de Rome.

Fête de la Saint-Martin : Rassemblement diocésain à Tours
A l’occasion de l’année Saint-Martin, un rassemblement diocésain se tiendra le jeudi...

Commentaires du dimanche 28 mai
28 mai 2017, 7éme dimanche de Pâques, commentaires des lectures bibliques, Marie-Noëlle Thabut,...

Homélie du dimanche 28 mai
Septième dimanche de Pâques

Haut de page