Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Mercredi 23 mars

Chaque jour je choisis de prier la Parole de Dieu.
(Proposition du livret S'il te plaît donne-moi un quart d'heure )

Jusqu’au bout ?

 

ÉVANGILE DE JÉSUS-CHRIST SELON SAINT MATTHIEU 26, 14-25

Alors, l’un des Douze, nommé Judas Iscariote, alla trouver les chefs des prêtres et leur dit : “Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ?” Ils lui proposèrent trente pièces d’argent. Dès lors, Judas cher­chait une occasion favorable pour le livrer. Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples vinrent dire à Jésus : “Où veux-tu que nous fassions les préparatifs de ton repas pascal ?” Il leur dit : «Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : “Le Maître te fait dire : mon temps est proche ; c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.”» Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque. Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze. Pendant le repas, il leur déclara : “Amen, je vous le dis : l’un de vous va me livrer.” Profondément attristés, ils se mirent à lui deman­der, l’un après l’autre : “Serait-ce moi, Seigneur ?” Il leur répondit : “Celui qui vient de se servir en même temps que moi, celui-là va me livrer. Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux l’homme par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux que cet homme-là ne soit pas né !” Judas, celui qui le livrait, prit la parole : “Rabbi, serait-ce moi ?” Jésus lui répond : “C’est toi qui l’as dit !”

 

Dans quelques heures, Jésus célébrera son repas pascal avec ses apôtres. L’annonce de la trahison assombrit leur cœur. Ils demandent l’un après l’autre : “Serait-ce moi Seigneur ?”

Comme si chacun sentait tout à coup sa propre vulnérabilité, sa propre faiblesse.

Comme si, en face des épreuves à venir, chacun se sentait miné par la peur et n’était pas sûr de tenir bon aux côtés de Jésus.

Pire encore, comme si chacun se découvrait capable de le trahir.

Face à l’adversité, personne ne se sent fort.

La presque totalité des apôtres abandonnera Jésus et se sauvera. Pierre niera le connaître. Judas le livrera. Je regarde ces hommes que Jésus a appelés pour le suivre. Je leur ressemble. Et moi, qu’est-ce que je ressens à cet instant ?

Je m’étonne peut-être que Jésus m’ait choisi malgré mes imperfections et mes peurs.

Dieu me regarde tel que je suis. Je lui rends grâce de m’avoir donné un cœur capable d’aimer, comme lui, jusqu’au bout. Est-ce que je me sens vraiment capable d’aimer comme lui ?

 

Fintxt Fintxt  

Article publié par Service com • Publié Mercredi 23 mars 2016 - 00h01 • 483 visites

Haut de page