Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Continuer le chemin de St Jacques

Nous voilà revenus de ce camp d’aumônerie de Cambrai : 17 jeunes et 4 animateurs qui ont décidé de continuer le chemin de St Jacques commencé l’an dernier entre Le Puy et Conques.

croix sur la route croix sur la route   Cette année, c’était la portion Figeac-Moissac, intégralement à Pied, puis Moissac-Montréal du Gers en Voiture avant de continuer la marche entre Montréal et Navarrenx…
Déjà les voix de l’an dernier et celles de cette année se concertent pour l’an prochain, la possibilité de faire la partie espagnole…
C’est donc un projet de 3 ans, à long terme avec des lycéens.

Chaque jour nous avions avant de marcher un thème ; chaque jour, un temps de partage en fin de journée à deux personnes sur ce thème.
La première semaine était plus orientée sur « moi, je fais pèlerinage » avec comme thème : pour qui je pars ? Comment se fait-il que j’arrive à passer certaines épreuves et que d’autres me bloquent ? Est-ce que j’ai besoin de délirer, de faire du bruit, de mettre des masques pour exister ; m’est-il arrivé d’agir en secret et d’avoir eu l’impression d’exister vraiment ? comment je prie ? Quelles sont les valeurs qui me font vivre ?

La deuxième semaine, après un temps de prière qui a marqué chacun, les thèmes étaient orientés autour de « je suis en pèlerinage dans l’Eglise en pèlerinage … » : qu’est-ce que ça m’apporte d’être chrétien ? Comment en église, ensemble, on vit l’exclusion ? Quel est le visage de Dieu que je donne ? Mes fragilités et faiblesses, comment je les mets sous le regard de Dieu ?

Nous avons terminé ce temps de marche-pélé-vacances par une soirée à Lourdes, dans la prière, en union avec tout le pélé diocésain et toutes les personnes présentes là …
En essayant aussi un temps de vérité où au nom du groupe, les animateurs ont remis à chacun une phrase de la Bible à porter jour après jour : une phrase pour dire merci à chacun de ce qu’il est et de ce qu’il apporte, une phrase aussi pour aider l’autre à avancer, à aller plus loin : « Ultreia ! » comme on dit sur le chemin.

Des moments forts, on en a plein : le chemin aide à tirer l’extraordinaire de l’ordinaire.
Les arrêts fréquents dans la plus petite chapelle ou la plus grande cathédrale, dans le cloître de Moissac et les chants à quatre voix qui résonnent et font que la prière devient la respiration sur le chemin : bien souvent aussi les autres pélerins ou touristes en profitaient et entraient dans la prière, ne serait-ce qu’en arrêtant de prendre des photos, en s’asseyant pour écouter, fermer les yeux, prier…

Ce sont aussi les rencontres qui sont vraies et riches : être pèlerin, c’est être en sueur, en situation de faiblesse, fatigué souvent, en besoin d’ombre, d’eau, c’est être en situation d’écoute . Les jeunes ont été marqués par des rencontres …

Marie-José, la boulangère de Lauzerte, celle qui avec son humour déclenche des rires mais aussi de bons sujets : « tu vois, les tournesols, c’est la fleur la plus belle, elle se tourne toujours vers le soleil… » à un jeune en perte de valeurs…

Huguette, cette bergère rencontrée près de Moissac, avec ces 70 moutons : elle explique qu’elle avait 120 têtes, mais que des chiens errants avaient attaqué le troupeau, et qu’elle avait du mal à faire entendre raison aux maîtres… la discussion a abouti au sens de la messe…Alors pour dire merci, nous avons entonné un « Bless the Lord » de Taizé, avec le psaume 22 : le Seigneur est mon berger… Huguette était en pleurs, en train de dire « Merci ! vous ne pouvez pas savoir à quel point ça m’aide … »
Les jeunes ont été retournés de savoir qu’un simple chant, une simple rencontre pouvait transformer et aider …

Il y a eu aussi ces deux pélerins belges : « nous n’avons pas encore eu de messe depuis que nous sommes partis… » Et bien, ce soir on ira célébrer la messe là à 60 Kms, et Clément qui dit au monsieur : « je communierai pour vous ! » et Elodie de même avec son épouse…

C’est aussi cette arrêt à Larreule, dans cette ancienne abbaye du X° siècle: une équipe de 7 dames qui sont là, qui balayent, qui amoureusement font des compositions florales…L’ancienne abbaye est belle ; nous chantons, prions… Et ensuite : « vous entretenez bien l’Eglise, il y a une fête dimanche, il y a la messe ? » « oh non, ça fait bien 2 mois qu’on n’a pas eu la messe ; c’est comme ça, par amitié entre nous et parce qu’on aime bien l’église »…
Et les jeunes de proposer de prêter leur aumônier le lendemain samedi pour venir célébrer, et les jeunes de proposer d’animer…
Et les personnes de dire OK… Nous ferons 1h30 de route aller et 1h30 de route retour ; le partage de la messe était géniale et le petit pot organisé ensuite aussi…D’une richesse intergénération superbe !

Les jeunes sont pour la plupart issus de l’aumônerie de Cambrai : beaucoup sont habitués à Taizé ou aux préparations des messes.

D’autres ont découvert un côté chrétien priant, chantant, partageant profondément ce qu’il est et un peu fêtard-délirant.

Les animateurs, nous étions particulièrement marqués par la qualité
des partages chaque jour ...

Nous avons appris à porter les personnes lors de ces moments forts qui s’appellent les pélés ; alors nous nous confions à votre prière …
Déjà une rencontre aura lieu jeudi ou vendredi, histoire de partager, de continuer à porter l’ordinaire et d’apprendre à relire tout ce qui a été reçu…à donner…à Le recevoir ainsi …

Un des animateurs part à Lourdes, Benjamin, avec l’aumônerie de Landrecies. Une jeune, Elodie, sera en vacances avec sa famille à Lourdes et essayera de rejoindre le pélé du diocèse .

Mais ce pélé-camp décidé et monté par et avec les jeunes a été aussi présence au diocèse, à l’Eglise de Cambrai et aux paroisses. Il a été aussi ouverture sur le monde ne serait-ce que par le souci de vérité et de cohérence que chacun et que le groupe ont essayé de vivre.

Nous continuons à cheminer … plus loin vers Dieu, vers soi-même, vers les autres et vers ce monde que Dieu aime … Ultreia !

Article publié par Site Catéchèse • Publié Mercredi 31 juil 2002 - 13h28 • 1998 visites

Haut de page