retour  Année 2002 -  Église Catholique -  Diocèse de Cambrai
account_circle

Le Bonheur, c'est quoi pour moi ?

Les membres des équipes C.M.R (Chrétiens dans le Monde Rural) se sont retrouvés le dimanche 24 novembre à Valenciennes pour vivre une journée d’approfondissement sur cette question essentielle et même vitale

JOURNEE CMR JOURNEE CMR   Cette question de sens, Jean Claude Lavigne, dominicain et économiste, nous l’avait posée lors de la soirée débat organisée par le CMR le 31 mai dernier. Cette rencontre avait pour thème : « Producteurs, consommateurs… nous nous connaissons mal… Discuter entre nous est essentiel » . Jean Claude Lavigne a insisté sur le fait que nous ne résoudrons pas la question de la crise agricole ni tout autre question de société si nous ne nous posions pas la question du bonheur.
Autrement dit : quelles sont les valeurs qui nous animent, que nous voulons vivre, incarner, concrétiser dans notre volonté de construire une culture de la solidarité vitale pour chacun, pour la société, pour l’humanité, pour l’Eglise ?

Pourquoi cette question est-elle vitale ?

C’est Yvon Perrot, permanent national et formateur au CMR qui nous a donné des éléments de réponse au cours de ce dimanche

· Parce que c’est une question à laquelle personne n’a de réponse définitivement élaborée. A tout moment, les circonstances de la vie peuvent venir bousculer nos certitudes.
· Parce que se poser la question du bonheur, c’est inévitablement poser la question du sens de nos existences : pour quoi sommes nous faits ? A quoi sommes-nous appelés en raison de la foi, des convictions, des valeurs qui fondent notre agir ? Quelles cohérences devons-nous vivre et assumer pour être crédibles dans la société ?
· C’est aussi se poser la question de notre personnalité, de notre moi profond que nous aspirons à devenir pour ne pas être sur les flots de la vie comme un navire sans gouvernail ni boussole.

Des choix à faire

Nous interroger sur le bonheur, c’est aussi nous poser la question de nos choix. Une des clés du bonheur, c’est apprendre à faire ces choix, cela suppose des renoncements. Or le monde actuel, société de zapping, ne nous pousse pas à les faire. Dans ces conditions, à quelle(s) source(s) puisons-nous pour faire ces choix ?

Ce qui menace notre société, aujourd’hui, ce n’est pas que nous manquions de pain ni de moyens techniques ni davantage de capitaux mais bien plus que tout cela. Ce qui risque de nous faire défaut c’est de véritables raisons de vivre ensemble, une volonté de vivre ensemble et d’organiser un vivre ensemble qui permette à chacun d’exprimer au maximum le potentiel de créativité, de sensibilité, d’amour, de sagesse dont il est dépositaire. Et pour cela, il nous faut redevenir des êtres de désir, profondément animés du désir que tous aient la vie et qu’ils l’aient en abondance, comme en écho à la Parole de Celui qui nous précède et nous accompagne sur ce chemin et qui nous désigne cette source à laquelle il nous faut puiser pour ne pas nous épuiser.

Relire en équipe

Nos rencontres d’équipe ne sont rien d’autre que cette quête de bonheur.

Que se passe t-il au cours de nos rencontres en équipe ?
Nous vivons la même démarche que les deux disciples d’Emmaüs :

Ô Un membre de l’équipe apporte un fait de vie, un événement ou une action dans laquelle il est impliqué et c’est important de partir d’un fait concret pour ne pas quitter le rivage de nos existences.

Ô Chacun des membres de l’équipe apporte son analyse : c’est le temps du passage du « je » au « nous », c’est le temps de la confrontation où chacun peut exprimer ses convictions.

Ô Après s’être laissés interpeller par la Parole de Dieu, les points de vue s’éclairent, s’affinent.

Ô Comme les disciples d’Emmaüs, après ces échanges et cette confrontation, chacun peut mieux repartir et prendre ses responsabilités.

La Démarche de Réflexion Chrétienne (voir, juger, agir), vécue en équipe, nous aide à nous remettre en route en cherchant la cohérence entre notre croire et notre agir.
C’est un chemin d’espérance parce que j’ai besoin de rencontrer des frères différents de moi, dans leur manière de vivre et d’agir pour comprendre ce que Dieu veut encore nous dire.


Marité Colpart

Contact : CMR - 7 ,rue Coulon 59530 JOLIMETZ
03.27.49.06.39

Article publié par André VEYS • Publié le Jeudi 28 novembre 2002 - 21h36 • 2828 visites

keyboard_arrow_up