retour Année 2003 - Église Catholique - Diocèse de Cambrai
account_circle

La journée du désert humide

Le cinquième jour du pélé était placé sous le signe de la réconciliation, de la solitude et du silence.

S   comme splendeur des paysages qui nous ont accompagnés tout au long de notre ascension   vers les Carceri.

I    comme itinéraire périlleux mais joyeux

L   comme lente (voire plus lente pour certains) montée dans le recueillement

E   comme écoute de la nature, de notre cœur et écoute de la parole du Seigneur

N   comme noyés par notre sœur la pluie…

C   C  comme citation du jour « là où nous voyons une faute à condamner ou à punir, Dieu voit une détresse à secourir » Sagesse d’un pauvre

E   comme eremo di San Francesco: ermitage de Saint François

 

 

Il nous a été possible de recevoir le sacrement de la réconciliation dans ce lieu d’ermitage. Nous avons été touchés par les paysages qui se sont dérobés à nos yeux au fur et à mesure de la journée (le brouillard s’étant invité !). Nous comprenons mieux désormais ce qui a inspiré le Cantique des créatures à Saint François.

 

Unis dans le pardon, nous nous sommes retrouvés autour d’une boisson chaude avant d’aller nous réchauffer le cœur par le partage du Corps du Christ.

 

La journée n’est pas terminée ! Même après cette éprouvante journée…nos neurones doivent encore se connecter !

Lors de la veillée, nous nous sommes retrouvés projetés en 2087.

La terre, ayant connue un cataclysme, il ne reste qu’un groupe de pèlerins – de qui parle-t-on ? – a qui l’on confie une mission : nouveaux modes de vie. Tout est à réorganiser, le logement, le travail, les finances, l’éducation, les lois et enfin, mais surtout, le culte !

Finalement, nous n’avons réussi qu’à recréer un monde utopique, mais qui fut l’occasion d’une franche rigolade.

Article publié par Marc BEAUMONT • Publié le Mercredi 31 décembre 2003 - 08h54 • 3307 visites

keyboard_arrow_up