retour Année 2004 - Église Catholique - Diocèse de Cambrai
account_circle

FOURMIES : TERRE D’ACCUEIL

La paroisse Sainte Claire a vécu un week-end de mondialisation à la manière de l’Evangile : tous les continents y furent présents, moins un. La fraternité, elle, était au paroxysme. De quelle fête s’agit-il ?

 

Me Voici: je viens! Me Voici: je viens!   Chaque année, le service de la coopération missionnaire organise les  « Journées Inter –Eglises ».C’est une fête qui regroupe les missionnaires du diocèse revenus en congé et les témoins des Jeunes Eglises présents dans le diocèse par des prêtres étudiants et des sœurs en formation ou même en mission parmi nous.  Cette année, ce fut dans la belle paroisse de Sainte Claire en Avesnois que la fête a eu lieu. Le collège Saint Pierre a ouvert ses portes, sa cuisine ; les messes du samedi soir à Glageon et à Sains du Nord, et la messe du dimanche à Wignehies ont été au diapason des rythmes africains et malgaches.

 

Qui est le plus heureux? Qui est le plus heureux?   Au cours de l’Eucharistie du dimanche, une petite fille, Anna, originaire de la Chine, fut accueillie dans la famille par le baptême  par le curé, Michel Humez.  La joie des parents, du parrain et de la marraine, des grands-parents, de toute la famille et de l’assemblée se lisait sur les visages et s’entendait a l’ardeur à chanter. L’évènement ne fera pas la « une » du journal régional, ni même local, mais les chrétiens présents n’oublieront pas de si tôt cette heure d’émotion très pure : la fraternité universelle existe, nous l’avons vécue, expérimentée, partagée.

 

Ils ramasserenmt douze corbeilles pleines Ils ramasserenmt douze corbeilles pleines   Le verre de l’amitié  et le repas douze fois trop copieux, les quinze familles qui ont  accueilli pour la soirée et la nuit un ou deux « missionnaires », tout cela était imprégné de la même générosité « façon évangile » : sans limites.

 

Fourmies est peut-être loin, au fin fond du diocèse, mais cela vaut la peine d’aller y faire un tour, surtout au moment de la fête « Inter-Eglise ». Ceux qui en ont profité ne diront pas le contraire.  Un seul mot pour finir : MERCI. 

 

 

 

 

Message de Monseigneur François Garnier aux participants des Journées Inter-Eglises (enregistré avant son départ pour l’Afrique)

 

 

Vous êtes du côté de Fourmies, vous allez fêter les Journées missionnaires, et malheureusement je ne suis pas avec vous. Mais je pense à vous et je prie pour vous.

Au moment où vous regardez cette vidéo, je serai vraisemblablement dans l’avion qui me conduira du côté du Congo-Kinshasa, avec le président de notre conférence épiscopale, Mgr RICARD… (et d’autres représentants du diocèse). J’y participe entant que représentant des Evêques accompagnant la Délégation Catholique à la Coopération, cette délégation magnifique qui assure la présence de 500 jeunes français dans 70 pays en voie de développement.

La République démocratique du Congo se situe au centre de l’Afrique, tout proche du Rwanda et du Burundi. Nous allons visiter ces trois Eglises, rencontrer leur Conférence épiscopale, dans cette région des grands lacs africains. C’est vraiment au cœur de l’Afrique.

Et c’est une Eglise martyre. C’est une Eglise qui traverse une période très difficile. Vous vous rappelez l’affrontement au Rwanda entre chrétiens, car ils étaient tous baptisés mais d’ethnies différentes, les Hutus et les Tutsis : 800 000 morts. C’était épouvantable. C’est difficile de convertir son appartenance ethnique, et de mettre l’évangile au dessus de son appartenance ethnique.

A ce moment-là, un évêque ami, Mgr. MISABO avait perdu tous ses prêtres, ses religieux et religieuses, tués ou dispersés. Depuis le diocèse de Luçon où je trouvais alors, nous lui avons envoyé deux prêtres et deux religieuses en secours immédiat pour assurer la mission dans toute une partie de son diocèse. Par la suite, lui-même a fait un an de prison, accusé faussement d’être génocidaire.

Nous allons à la rencontre d’Eglises qui sont traversées par des épreuves que l’on ne s’imagine pas chez nous. Avec un développement des sectes considérable, et aussi parce que le président du Rwanda fait porter à l’Eglise catholique la responsabilité du génocide. Ce qui est absolument faux.

 

Alors, je suis heureux de rencontrer ces Eglises, amis malheureux d’être loin de vous parce que j’aime vous rencontrer quand vous passez dans notre diocèse. Et si vous venez en avance ou si vous êtes là après mon retour, c’est avec beaucoup de bonheur que j’aimerais rencontrer les missionnaires issus de notre diocèse. En leur assurant que nous-même, ici dans le diocèse de Cambrai, nous faisons tout pour rester des missionnaires, chacun à notre place, chacun avec ses dons.

On n’est pas missionnaire qu’ailleurs, on est aussi missionnaire ici.

Bonnes journées Inter-Eglises à vous tous !

 

                                                                                              Mgr François Garnier

 

                                                                                                                  Marie Dominique.

 

 

Article publié par PetitReporter CATHOCAMBRAI • Publié le Dimanche 04 juillet 2004 - 22h42 • 3112 visites

keyboard_arrow_up