retour  Année 2004 -  Église Catholique -  Diocèse de Cambrai
account_circle

Visite pastorale à Jeanne d'arc de Lallaing et Saint Vincent de Sin Le Noble

Jour de fête, jour de joie pour nos écoles : le 30 septembre 2004 Monseigneur Garnier nous rend visite...

sin le noble St Nicolas sin le noble St Nicolas   Jour de fête,

jour de joie pour notre école

 

VISITE PASTORALE DE MONSEIGNEUR GARNIER

30 septembre 2004

DOUAISIS

 

 

sin le noble4 sin le noble4  

 

Qui est ce grand monsieur qui arrive dans la cour de récréation de notre école ?

 

 
 

A l’école Jeanne d’Arc à LALLAING comme à Saint Vincent à  SIN LE NOBLE les enfants l’attendaient. Ils l’ont reconnu :

 

c'est Monseigneur Garnier, notre évêque.

 

            Les plus petits trouvent qu’il ressemble à saint Nicolas sur la photo « de cérémonie » avec sa mitre, sa crosse, sa bague et sa croix pectorale.

 

            Le Père GARNIER explique, dans chaque classe, en répondant aux questions que les élèves ont préparées :

 

  • la mitre, je ne la mets pas souvent. Cela permet de me reconnaître comme le casque des pompiers. Regardez celle du Pape l’évêque de Rome qui choisit des évêques dans le monde entier comme Jésus a choisi ses apôtres.
  • La crosse, ce grand bâton qui montre que je m’appuie sur le Christ pour ne pas tomber.
  • La croix qui n’est pas un collier comme le disent les enfants mais la croix du baptisé, celle de Jésus Christ
  • La bague : ce n'est pas un bijou mais elle est pleine de secrets ; on y voit gravés la croix de Jésus et les apôtres Pierre et Paul ; le Pape  l’a donnée en 1965 à un évêque qui l’a léguée à Monseigneur Garnier.

 

            Selon leur âge les enfants retiendront beaucoup d’autres choses de cette visite :

 

sin le noble  toi sin le noble toi   -  Grâce à une comparaison avec le foot, le rôle d'entraîneur de l’évêque, comme Jésus dit à tout le monde qu’il a besoin de tout le monde même ceux qui ne sont pas des champions dans son Eglise ; le rôle d’arbitre aussi qui rappelle ce qu’il ne faut pas faire…

 

- L’Eglise avec un grand E, c’est nous tous, enfants, adultes, prêtres ou laïcs. Même ceux qui ne sont pas baptisés ont une place dans l’Eglise, dans le cœur de Jésus.

 

- Avec un petit e, c’est le bâtiment qu’ils ont visité et qu’ils apprennent à fréquenter avec leur enseignant pour ne pas oublier « l’entraînement  » du dimanche…

 

- Ce n’est pas tous les jours facile d’être un ami de Jésus même si cela fait 60 ans que le Père Garnier  a reçu le baptême (- 60 ans !! - mais vous paraissez beaucoup plus jeune !!) et 34 ans qu’il est prêtre.

« Comme toi , dit-il  à celui qui pose la question , je peux mieux faire chaque jour. »

- dans le Livre de la BIBLE, il y a un trésor….à découvrir tout au long de sa vie…

 

- Sur la table de prière, la Bible est mise en bonne place. Il y a des fleurs, des personnages, un dessin d’un évêque… On allume la bougie… Les petits parlent de ce qu’ils voient et font silence…

 

Monseigneur GARNIER parle avec les parents venus le rencontrer : "Vous leur donnez votre cœur….c’est cela qui est premier avant la réussite matérielle. L’exemple compte plus que les paroles. « J’ai vu mes parents prier ensemble le soir au pied de leur lit ; ils ne m’ont pas fait le catéchisme » Si vos enfants voient que pour vous le Christ est important, il le sera pour eux aussi."

 SIN LE NOBLE LALLAING 5 SIN LE NOBLE LALLAING 5  

      A l’école catholique, les enfants reçoivent de la science mais aussi forment leur conscience, apprennent à choisir et renoncer…On y respecte les non- croyants et on propose à  ceux qui veulent,  la foi chrétienne : pas du bourrage de crâne, une PROPOSITION, un EXEMPLE…

 

Aux enseignants, notre évêque renouvelle sa confiance. Il sait qu’ils contribuent à faire de l ‘école un endroit où les élèves apprennent et sont respectés et qu’ils vont pouvoir s’approcher plus de Dieu et de l’Eglise. Leur questionnement leur permettra de progresser dans l’entr’aide et la collaboration avec les parents….

 

Les chrétiens des paroisses Saint Vincent de Paul en Ostrevent et Saint Christophe en Douaisis qui sont venus cet après midi, certains pour la première fois, sont encouragés par le Père Garnier à intensifier leur collaboration dans la préparation des sacrements, dans l’attribution des BOURSES–SOLEIL du Secours Catholique aux enfants qui en ont besoin… et, dans bien des domaines, à chercher ensemble. Les équipes–relais sont des lieux d’échanges. Le doyen Guy SEULIN, le Père Adam, l'Abbé PAYEN redisent le bonheur de venir célébrer avec les enfants de l’école les temps forts liturgiques. Les parents rencontrés à l’école peuvent aussi cheminer vers le Christ en accompagnant leurs enfants.

 

Les membres des organismes de gestion de chaque école (OGEC) ont affirmé leur volonté d’assumer un rôle nécessaire quoiqu’ingrat. Le Père Garnier les encourage à prendre toutes décisions financières pour rendre possible la mission confiée aux directrices.

 

Les parents engagés dans l’association A.P.E.L.  se mettent en quatre pour le bien de tous les enfants de l’école et accueilleraient  volontiers de nouvelles bonnes volontés. L’école catholique, ce n’est pas un SERVICE comme un autre, que l’on paie dit Monseigneur, c’est une mission à porter ensemble où chacun prend sa part.

                 

Avant de partager le pot de l’amitié et même un peu plus (de succulents petits pains…), Madame ETIENNE, directrice de l’école St Vincent à Sin le noble, exprime la joie de tous de recevoir une personnalité importante de l’Eglise

                 

Elle révèle aussi que cette visite a été l’occasion pour toutes les composantes de l’équipe éducative de se retrouver tous ensemble pour exprimer son ressenti……ce qui n’arrive pas souvent. Elle se réjouit ensuite de cette occasion de rapprocher école et paroisse.

 

Madame PIRET, directrice à Lallaing, affirme la volonté de tous les partenaires de son école de faire vivre une école où l’on vit ensemble en référence à l’Evangile. Elle remercie les bénévoles (parents ou grands parents)  toujours actifs dans les « ateliers de lecture » et dans les activités lucratives ou d’actions pour embellir le cadre de vie des enfants.

 

Voilà un après-midi bien rempli où ceux qui font la vie de l’école catholique ont trouvé un ressourcement et la volonté de continuer ce service indispensable à la société d’aujourd’hui.

Article publié par CCFD • Publié le Mercredi 06 octobre 2004 - 13h56 • 7674 visites

keyboard_arrow_up