retour  Année 2004 -  Église Catholique -  Diocèse de Cambrai
account_circle

L'ACGF de SOMAIN au pays d'ARTOIS

Se retrouver autrement qu'en réunion, partager culture, art sacré, gastronomie, c'était le vendredi 26 novembre 2004 pour le groupe ACGF ( Action Catholique Générale des Féminine) de SOMAIN.

       GosnayDSCN6267_7647 GosnayDSCN6267_7647   Nous étions seize personnes en route pour l'étonnant petit village de GOSNAY, mille deux cents habitants environ, dans le Pas de Calais, entre Béthune et Bruay la Buissière. Notre première halte fut l'église Saint léger où l'artiste peintre René DUCOURANT et l'Association culturelle et Patrimoniale de Gosnay oeuvrent depuis l'an 2000 pour que cette petite église paroissiale devienne "Unité d'Art Sacré", réalisation unique au Nord de la France.

Claire CHARRIER, membre de cette association,GosnayDSCN6254_7634 GosnayDSCN6254_7634   nous a captivés pendant près de deux heures par sa lecture de la vingtaine de tableaux et des quatre vitraux (le projet comprend soixante dix tableaux et dix vitraux). Elle jonglait entre l'Ancien Testament et le Nouveau, tourbillons de verres colorés, de peintures d'une inspiration originale, émouvantes, surprenantes. Les explications de notre jeune guide rendaient transparentes la pensée et l'œuvre artistique devant nos yeux. Nous communions à l'inspiration de l'artiste, à son génie créateur.

         GosnayDSCN6262_7642 GosnayDSCN6262_7642   Dans le chœur de l'église nous avons admiré une dizaine de tableaux où chaque œuvre est peinte suivant la technique du "glacis" (plusieurs couches de peintures translucides, donnant un aspect vernissé). Pour certains tableaux il a modifié son sujet au gré de son inspiration intérieure. Mais dans chacune l'artiste insiste sur sa vision d'œcuménisme, l'amour de l'autre, la présence divine, tout est recherche de l'absolu.

 

Voici un aperçu de ce que nous avons découvert.

 

         " Le Buisson Ardent"

 

PB260054 PB260054   Moïse se trouve de dos, vêtu d'une grosse toile rayée, il est agenouillé et écoute Dieu qui est lumineux dans une mandore (forme en amande) de couleur rougeâtre. Il tient le Livre sur lequel l'on peut discerner les signes Alpha et Oméga, ainsi que le nom de Jésus qui est à la fois "Je suis". Près de Moïse une paire de sabots fait référence à l'histoire personnelle de l'artiste et aussi à la religion musulmane (se déchausser à l'entrée des mosquées). Dieu est universel.

 

"La PB260057 PB260057   Nativité"

 

Ce tableau qui montre la Sainte Famille, a été plusieurs fois travaillé. Le centre de la toile est éclairée de jaune d'or, autour les bergers agenouillés, les rois mages prosternés tenant un globe terrestre, les musiciens en liesse, les animaux de couleur chatoyante, vermillon, orangé. Tous acclament la naissance de Jésus. Par un effet de lignes virtuelles, entre le triangle lumineux de la Nativité et certains personnages se dessine la forme de l'étoile de David. La colombe est présente, signe de paix.                                                                                                                                  

 

"La cène"

 GosnayDSCN6259_7639 GosnayDSCN6259_7639  

La représentation est immense, toute en bistre et rouge carmin, la table dressée partage la scène bien distinctement avec Jésus vêtu de blanc au centre. Les apôtres sont autour de lui, c'est une fête entre Dieu et l'Homme. Une menora trône sur la table comme un arbre de lumière. L'artiste suggère la présence de Marie et de Marie Madeleine dans l'ombre de Jésus. Les anges musiciens aux ailes de libellules se trouvent devant la table. Sur une chaise de style contemporain un linge (linceul?) est posé. A l'écart le visage de Judas dans un cadre en miroir. Sans doute faut-il s'y voir, chacun de nous, reconnaître ses fautes et se repentir.                                      

 

"La crucifixion"PB260052 PB260052  

 

Cette toile est attirante par sa limpidité. L'ébauche des traits de Jésus comme celle de la croix est en contraste avec la mandore violette qui donne l'impression que Jésus jaillit du tombeau. Nous sommes déjà à la résurrection, le Christ Glorieux du Vendredi Saint. Deux anges musiciens témoignent de l'évènement. Au pied de la croix, la silhouette de Jean qui soutient Marie, allusion à la nouvelle fraternité entre les hommes,  la naissance de l'Eglise.  

 

Les vitraux

 

Les vitraux placés au Nord sont teintés de bleus, dégradés de verts, tandis que ceux placés au sud, ce sont les orangés et rouges dominent. Un seul est accentué par la technique de la "grisaille" (peinture à l'oxyde de fer). PB260061 PB260061   Il représente l'Annonciation faite à Marie. Des spirales englobent le "OUI" de Marie, ses bras s'élèvent vers le ciel et rejoignent le corps de l'Ange ou de Dieu, ce dernier est paternel et semble vouloir l'emporter. L'oiseau en haut à droite désigne l'Esprit Saint.

Le vitrail du Magnificat ou Marie danse dans un tourbillon de couleur bleue et verte, l'ange du Seigneur et Marie forme une spirale, symbole que la vie est un recommencement et ne s'arrête jamais.

D'autres vitraux relatent l'histoire des dernières chartreuses qui eurent une fin tragique. Dans la partie la plus ancienne, un petit vitrail relate la vie de Saint Léger, patron de l'église de Gosnay.  

 

Nous avons vibré devant tant de merveilles! Avant de continuer le fil de la journée, chargé d'émotion et de recueillement, nous avons prié pour la paix et l'unité du monde.

 

Ensuite nous avons fait le détour par la Chartreuse du Mont Sainte Marie dite "La Chartreuse des Dames". C'est un lieu bien délabré où habitent quelques familles pauvres ainsi qu'une communauté des Petites Sœurs de l'Agneau dont la vocation est de vivre parmi les plus déshérités.

 

Par contre la Chartreuse du Val Saint Esprit a connu un autre sort que celle des Dames: elle est transformée en complexe hôtelier, dont un hôtel et un restaurant quatre étoiles. C'est dans la brasserie que nous nous sommes restaurés dans un cadre très convivial et à la chaleur d'un feu de cheminée bien apprécié par cette journée grise et pluvieuse.

        Gosnay reste aujourd'hui la seule commune au monde où deux monastères de Chartreux ont cohabité durant plusieurs siècles. En 1309, il existait à Gosnay le château de Thierry d'Hireçon, qui devint évêque d'Arras et conseiller de la Comtesse de Mahaut. Celle-ci désirant se repentir de ses nombreux méfaits, fit construire sur les terres du village deux Chartreuses et un hôpital.

 

        Notre journée s'est achevée à la Galerie des Chartreuses, atelier de l'artiste peintre René DUCOURANT et son épouse qui nous attendaient. GosnayDSCN6306_7686 GosnayDSCN6306_7686   La galerie est belle et d'une grande simplicité: des murs de briques rouges, des poutres et lambris à l'ancienne mettent en relief les tableaux aussi nombreux que variés: les instantanés de la vie portuaire en Bretagne (l'artiste y demeure une partie de l'année), natures mortes, fresques animalières, paysages de la région comme la cathédrale d'Amiens, portraits de ses proches ou de personnages connus, et les autres tableaux religieux  "le Roi David et Bethsabée", les "Noces de Cana", Saint Martin …GosnayDSCN6297_7677 GosnayDSCN6297_7677  

 

        Nous souhaitons que ces quelques impressions vous inciteront à découvrir ce village d'art sacré et de culture et d'apprécier l'œuvre d'un artiste de notre région.

 

Mireille et Françoise

 

Article publié par PetitReporter CATHOCAMBRAI • Publié le Mercredi 01 décembre 2004 - 11h36 • 6488 visites

keyboard_arrow_up