retour  Doyenné de Cateau-Cambrésis -  Église Catholique -  Diocèse de Cambrai
account_circle

Lettre H le Minez du 18 février

Dédougou, le 18 février 2022

Chers amis,

L’actualité de ces derniers  jours a été, de nouveau, marquée par le terrorisme qui continue à frapper le pays.

Jeudi dernier, dans la nuit, le petit séminaire du diocèse de Fada N’Gourma (c’est le diocèse de l’Ab. Jean-Roland CONGOle doyen de Somain) qui est situé dans l’est du Burkina près des frontières du Niger et du Nord-Bénin, a été « visité » par des H.A.N.I (Hommes armés non identifiés) comme on appelle ici les terroristes. Il n’y a pas eu de victimes, fort heureusement ! Les élèves ont appliqué les mesures sécuritaires qui leur avaient été enseignées et se sont dispersés dans la nature. Les terroristes ont cependant brûlé plusieurs bâtiments (salles de classe et dortoirs) et volé des véhicules. Les établissements scolaires semblent être leur principale cible. Des mesures de protection vont être prises dans les prochains jours dans tous les internats.

Hier après-midi, nous avons eu, ici à Tionkuy, une formation  sur la sécurité destinée à nos jeunes et aussi aux élèves catéchistes et leurs familles dont le Centre de Formation est voisin de notre petit séminaire (près de 300 personnes concernées pour les 2 établissements). Deux policiers spécialisés dans la lutte contre le terrorisme nous ont parlé des causes du terrorisme, du recrutement des auteurs d’attentats et des mesures à prendre en cas d’attaque.

Dans la ville voisine de Nouna (c’est le diocèse de l’Ab. Innocent Kiénou), tous les établissements scolaires de la ville sont fermés.

Inutile de vous dire que la population attend beaucoup des nouveaux dirigeants du pays, des militaires qui ont affirmé que leur objectif premier était de rétablir la paix et la sécurité sur tout le territoire du pays. Des actions ont déjà été entreprises avec succès.

Toutes les communautés religieuses, traditionnelles, musulmanes et chrétiennes sont invitées à intensifier leur prière pour la paix au Burkina.

Malgré ce contexte inquiétant, la vie du séminaire se poursuit : cours, devoirs, sports, travail manuel…. Et aussi les fréquentes consultations aux Centre diocésain de Santé car l’épidémie de varicelle continue à toucher des élèves !! Sans parler des crises de palu qui sont notre ordinaire.

Parfois, les malades sont hospitalisés quelques jours (pour le palu) pour bénéficier de perfusion. Dans ce cas, il faut prévoir les draps et la nourriture, car les établissements de santé, ici, n’assurent ni le linge ni le couvert (ni l’eau également !). Tout est bien rodé au séminaire : le service de portage des repas et de garde à l’hôpital est assuré par les plus grands.

Cette organisation me rappelle, à bien des égards, le Scoutisme que je connais bien et qui est basé sur la responsabilité des plus anciens vis-à-vis des plus jeunes et sur le sens du service.

Dernièrement, j’ai lu avec beaucoup d’intérêt la lettre envoyée par un missionnaire de notre diocèse de Cambrai, le Père spiritain Yves MATHIEU, originaire de Douai. Il est, depuis quelques mois, l’Econome d’un séminaire au Mozambique, près de la capitale Maputo. Je me retrouve bien dans la description de la vie de sa communauté éducative.

Voilà, chers amis, quelques nouvelles de Dédougou où, malgré le contexte sécuritaire, le moral est bon.

La saison froide (c’est relatif car, à 15h, il fait 39 degrés !) va bientôt se terminer et nous allons entrer dans la saison la plus chaude de l’année !! (avec des températures plus élevées encore, et même la nuit, ce qui est le  plus éprouvant ; j’ai connu ces fortes chaleurs lors de mon premier séjour au Burkina, il y a 30 ans !).

Je vous assure de ma profonde amitié. Je m’associe aux joies et aux peines de chacun et j’assure celles et ceux qui sont confrontés à la maladie de ma prière fraternelle.

Abbé Hervé

Article publié par Cathocambrai • Publié le Samedi 19 février 2022 • 665 visites

keyboard_arrow_up