retour  Doyenné de Cateau-Cambrésis -  Église Catholique -  Diocèse de Cambrai
account_circle

Lettre H Le Minez du 22 mars

D+édougou, le 22 mars 2022

Chers amis,

Je m’aperçois avec étonnement que mes nouvelles remontent au 18 février dernier, plus d’un mois !

C’est dire que je suis de plus en plus occupé au petit séminaire. En effet, le second trimestre s’achève bientôt et les devoirs se sont enchainés dans les dernières semaines. De plus, depuis ce lundi, nous sommes en pleine période de compositions de fin de trimestre. La rédaction des sujets de devoir puis la correction des copies (82 pour chaque devoir !) me prend pas mal de temps. De plus, chaque prêtre-professeur est chargé de la «direction spirituelle» de 25 jeunes ainsi que de la gestion de leur argent de poche (la veille du «dimanche de sortie», un par mois, nous sommes assaillis par les jeunes qui veulent retirer un peu d’argent !). 

Mais les vacances de Pâques approchent, elles auront lieu du 8 au 19 avril.

Elles seront bien méritées !

En ce temps de Carême, chaque vendredi, à la tombée de la nuit, nous avons un «chemin de croix» dans les allées du parc du séminaire préparé par un prêtre différent chaque semaine et par une équipe de jeunes. Les 210 jeunes y participent avec beaucoup de ferveur.

Dimanche dernier, j’ai été célébrer la messe à la Prison comme chaque mois. C’est toujours pour moi un temps fort qui me rappelle les visites que je faisais à la Maison d’arrêt de Douai lorsque j’étais jeune Avocat et aussi les messes que je célébrais à la prison de Cambrai en tant qu’Aumônier.

Les prisons en Afrique sont évidemment bien différentes de celles que je connaissais en France.

Lors d’un séjour à Dapaong, au Togo, j’avais concélébré une messe à la prison dans la pièce où vivaient et dormaient les détenus.

 A Dédougou, je retrouve la même atmosphère. Une trentaine de prisonniers participent à l’office, parmi eux, certains ne sont pas chrétiens. La célébration se déroule dans une cour où se trouvent d’autres détenus, pour la plupart Musulmans, assis par terre. Le Directeur de la prison, qui est Chrétien, assiste à la messe ainsi que quelques choristes de la cathédrale.

 

Il y a quelques semaines, j’ai effectué un déplacement rapide à Ouaga pour valider ma procuration pour les prochaines élections présidentielles.

Une fois mon inscription faite sur mon ordinateur portable (quand il n’y avait pas de coupure de courant et quand la connexion avec internet était possible !!) j’ai du repartir au Consulat pour valider la procuration devant un fonctionnaire habilité (en l’occurrence une « chti’mi » à qui j’ai apporté un sachet de Bêtises de Cambrai !). 3h30 de bus (Dédougou-Ouaga) à l’aller, 3h30 pour le retour le lendemain pour 10 minutes à l’Ambassade !!

Il faut vraiment le vouloir pour voter lorsque l’on se trouve à l’étranger et que l’on ne vit pas à la capitale. Mais, moi qui ai toujours accompli mon devoir de citoyen depuis 1972 (eh oui, à l’époque on ne votait qu’à 21 ans) pour chaque élection, locale comme nationale, je n’allais quand même pas m’abstenir cette année, d’autant plus que je ne tiens pas à ce que les idées extrêmes de certains ou certaines l’emportent.

L’insécurité au Burkina est toujours le problème numéro un. Le dimanche 13 mars, 13 Gendarmes ont été tués lors d’une embuscade par des terroristes dans le nord du pays, près de la frontière malienne et dimanche dernier, 15 militaires ont perdu la vie dans l’explosion d’une mine artisanale dans le sud-est du pays, près de la frontière du Niger. Cette semaine, la Gendarmerie d’une ville située à 50 kms de Dédougou, sur la route de Bobo, a été attaquée. Les terroristes occupent une partie du territoire et plusieurs villes sont coupées du reste du pays. Ici à Dédougou, la situation est plus calme, cependant chacun limite ses déplacements, notamment dans les villages.

Je suis, avec effroi, les informations concernant l’Ukraine, ce pauvre pays victime, lui aussi, de la violence et de la folie des hommes. Je repense bien souvent à la phrase prononcée, jadis, à la tribune de l’ONU par le Pape Paul VI : « Plus jamais la guerre ! ».

En ce temps de Carême, temps de conversion, intensifions notre prière pour la Paix.

« Là où il y la haine, que je mette l’amour »  (extrait de la prière de St François).

Avec toute mon affection pour chacun d’entre vous.

Bonne montée vers Pâques !                                                                  Abbé Hervé

Article publié par Cathocambrai • Publié le Samedi 26 mars 2022 • 404 visites

keyboard_arrow_up